(Rafraichissez la page pour une nouvelle citation)

vendredi 7 janvier 2005

1905-2005: Voeux d'un philosophe

De la part de Daniel Ramirez , animateur de café-philo:
"Sans tomber dans la fièvre commérative, je vous rappelle que l'année 1905, peut-être le véritable début du XX siècle, ne fût pas seulement l'année de la loi de séparation entre l'église et État, mais aussi l'année de l'apparition du fauvisme en art, la première tentative de révolution russe et l'année de l'apparition des 5 articles d'Einstein qui bouleversèrent la physique avec la relativité restreinte.
Que l'année 2005, tournant de la première décennie, puisse amener sagesse, profondeur, audace et courage à un siècle commencé d'une façon bien moins brillante !"

4 commentaires:

  1. Une intuition : les changements s'accélèrent. Nous avons connu en 10 ans une mutation forte au niveau de la planete au grace au NT. Nous allons connaitre dans les 4 prochaines années des chagements encore plus profonds.
    Ou allons nous ?
    Un cout d'accès et de diffusion de l'infomration quasi nul : dans ce système il n'y plus de publicité classique qui puisse tenir : on ira vers une marque par une libre adhésion.
    Le journal comme média centralisalteur de l'inforamtion va disparaitre vers un journalisme P2P ou des agrégateurs permettront de collecter un abonnement ou fédérer de la publicité. Le journailste, le créateur deviendra plus important que le nom du journal.
    Un monde intéressant a vivre a condition de gader sa ceinture bien attachée ?
    A bientôt ...

    RépondreSupprimer
  2. J'aime bien la formule "journalisme P2P" car elle résumé pas mal de choses: bien dit!
    A part ça le pb est simple: le jour où un modèle économique de journal online permettra de payer des journalistes, il y aura des "vrais" journaux purement online. Le seul défaut de ce modèle c'est qu'il sera 100% pub ce que je trouve être une régression par rapport à un modèle mixte diffusion-pub.

    RépondreSupprimer
  3. D'accord avec toi.
    Je pense même que l'on va aller vers la rennaissance du mécénnat :
    "je suis une entreprise citoyenne"
    "je le prouve ne finançant un journal ou un journaliste"
    Sauf que pour ne pas tomber dans les travers précédent (ou le mécenne s'appel Dassault) il faudra :
    - un intermédiaire
    - tout plein de petits mecènes : au lieux de n'avoir que louix 14, ce sera la bourgeoisie (les entrerpises) qui fiancent.

    RépondreSupprimer
  4. Je te laisse aussi un très bon lien sur le sujet :
    "Journalisme participatif"
    http://cyberie.qc.ca/jpc/2005/01/journalisme-participatif-un-document.html

    RépondreSupprimer