(Rafraichissez la page pour une nouvelle citation)

lundi 3 janvier 2005

Noyé dans ses larmes

Elle l'avait quitté. Submergé par son chagrin d'amour, il décida d'en finir. Allongé tout nu dans la baignoire, il pleura longtemps et mécaniquement. Les larmes jaillissaient en cascade; elles glissaient sur ses joues rouges comme des fourmis translucides. Il tenait la tête légèrement penchée pour que ça tombe plus vite au fond. Il y eut une flaque, qui devint grosse. L'eau monta. Elle couvrit ses orteils, s'insinua entre ses cuisses, dépassa ses genoux. Il pleurait encore, versant des litres. L'eau montait toujours. Lorsqu'il fut entièrement recouvert, il s'apprêta à plonger…
Hélas, après avoir vidé son corps de toutes ses larmes, il ne pesait plus rien : il flotta désespérément sur l'eau, comme un corps mort de bateau. Vingt fois, il essaya de rester au fond, vingt fois, il remonta sans avoir eu le temps d'avaler la moindre gorgée. Au bout d'un moment, le jeu l'amusa et il se mit à rire, à rire, à rire. Il ne mourut pas ce jour-là.
Lucien Toscane

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire