(Rafraichissez la page pour une nouvelle citation)

lundi 23 mai 2005

De la stratégie et autres propos glanés

- "Quand un dirigeant d'entreprise se dit prêt à examiner toutes les options stratégiques, c'est en général qu'il n'en reste plus beaucoup". (à propos de Marconi): parce qu'il y en avait? (Les Echos, 18/05).
- "Microsoft promet à Sony son combat le plus difficile" (à propos de la bagarre sur les consoles de jeux): quand on a perdu , on promet qu'on va gagner. (La Tribune, 18 /05).
La preuve:
- "Bull veut renouer avec la croissance" : vaste challenge ... et comme une impression d'un titre à répétition ... depuis quelques années... (La Tribune, 13/05)
Ou encore:
- "Télédéclaration: Copé promet un service sans faille en 2006"
  : demain on rase gratis, ça marche encore! (le service était
taillé pour 6 500 connexions à l'heure et ils ont eu des pointes à 120
000...),(Le Figaro,
16/05).
- "La diffusion de la presse est en voie de stabilisation"  (Le Monde, 18/05) mais "Les ventes de presse sont en léger recul" (Le Figaro, 18/05) : faudrait savoir.
- "Un visionnaire de la rétine" (à propos d'un iventeur en génomique): il voit loin? (Le Monde 18/05).
- "L'avènement du numérique va nous permettre de redevenir compétitif" dit Marteen Steinkamp, président de Sony BMG Europe : il a mis du temps à comprendre! (Le Figaro 19/05).
- "Air France synchronise bagages et passagers" : avant, ils les tiraient au sort? (La Tribune  19/05)
- "En ligne avec les prévisions, Dell rassure" : si le journal avait dit "En ligne avec les prévisions, Dell inquiète", nous on n'aurait pas été rassuré... (La Tribune 16/05).
- "Factures: les nouvelles solutions sans papier" (Enjeux-les Echos mai 2005): je crois bien avoir écrit un article sur le bureau sans papier dans L'Entreprise, cela devait être vers 1988...
- "Pourquoi la France est incapable de créer un Microsoft" nous explique Le Monde du 11 mai et il nous donne la solution: on va créer une agence de l'innovation industrielle. Fabuleux! Trop beau pour être vrai! J'adore la France! Quand, ailleurs, il n'y a pas de solutions à un problème, nous, en France, on a toujours une alternative: faire une loi ou créer une agence...
- "Compétitivité dans le monde: la France au 30e rang" (Les Echos du 13 mai): en simple écho du paragraphe précédent...
- "Intel, leader mondial des microprocesseurs, change de stratégie"  diable, je n'étais pas au courant! En fait, on nous explique que chez Intel ils ne seront plus dirigés par un ingénieur mais par un homme de marketing... Ils sont foutus! (Le Monde 19/05).
- "Intel dans le piège de la surenchère industrielle" dit L'Usine Nouvelle du même jour; apparemment, les deux journaux n'ont pas la même lecture des stratégies...
- "Alcatel: les actionnaires se prononcent sur l'âge limite du président." : et qui se prononce sur l'âge limite des actionnaires? (Les Echos 20/05)
- "Comment trier et stocker vos photos numériques" se demande Management de juin 2005: n'essayez même pas...
- "Le Monde" mise sur les produits dérivés" titre gentiment La Tribune sur son confrère: ça a du leur faire plaisir aux rédacteurs du Monde d'apprendre leur nouvelle stratégie éditoriale!
- "Le modèle de l'entreprise qui réalise tout elle-même est mort" nous prévient Gerard Kleisterlee, président de Philips : au cas où vous ne le sauriez pas! C'est important que les grands patrons aient des idées claires et, surtout, neuves. (La Tribune 23/05).
- "L'industrie des jeux vidéo veut conquérir les non-joueurs" (La Tribune 23/05): sus aux nonistes! la presse veut conquérir les non-lecteurs,  l'automobile les non-conducteurs, les vignerons les sobres, les fabricants de capotes les puceaux, la religion les athées.
C'est simple: dites non et vous voilà prospect, bichonné, cajolé. - Qu'est-ce que vous faites dans la vie? - Je suis un noniste. - Et ça rapporte, vous pouvez me dire combien? - Non.


Voici ma définition de "Stratégie" dans mon Dictionnaire impertinent des branchés.
Stratégie
Elle n'est jamais perdante, mais elle peut connaître des aléas dus à un retournement, toujours imprévisible, de la conjoncture. Aujourd'hui, tout est stratégique, même la tactique.
Chez les grands hommes, un objectif stratégique cache souvent un complexe d'infériorité intellectuel ou un manque d'amour de la part de sa maman.




Le capitalisme...c'est simple ... : « Quand çà marche, c'est grâce à
moi ; quand çà ne marche pas, c'est à cause de toi. » Un coup je
t'embauche, t'es beau, un coup je t'embrouille, t'es nouille.
La stratégie des grands groupes ressemble à un régime alimentaire:
d'abord ils engraissent en licenciant leurs produits puis, quand la
conjoncture disjoncte, ils dégraissent en licenciant leur personnel. «
Il est difficile à un poisson de voir son propre aquarium » disait
André Malraux, pour rester poli. Le proverbe berbère, lui, est beaucoup
plus direct: « Quand la neige fondra, la merde apparaîtra ».
Depuis Lao-Tseu et Clausewitz, on aurait pu pensé que la stratégie
avait fait des progrès. Hélas : aujourd'hui, plus l'objectif est
rustique, plus il est populaire. L'idée ? Etre plus gros que le voisin
! Chacun veut être numéro un mondial sur un créneau porteur (on dit «
non cyclique ») et rapporteur de grosses marges (on dit « créateur de
valeur »). La grenouille aspire au bœuf, le bœuf au dinosaure et le
dinosaure croit que la comète ne tombera pas sur lui mais sur les
petits copains d'à côté.
Au passage, méfiez-vous des créneaux trop petits car, comme dit le
proverbe : « Quand on travaille dans une niche, il ne faut pas
s'étonner d'être traité comme des chiens. »
Enfler, voilà donc la règle de nos stratèges modernes. Empiler les
chiffres d'affaires, les clients, les pays. Rafler les catalogues, les
technologies, les savoir-faire. Peu importe qu'il n'y ait aucune vision
derrière tout çà, l'important c'est la masse. C'est l'effet sumo. Comme
je suis plus gros que toi, je te pousse en-dehors du jeu avec mon gros
ventre. Je suis forcément le meilleur puisque je suis numéro un. Je ne
sais pas qui je suis mais quelle importance puisque je suis numéro un.
Je n'ai rien à dire mais j'ai tous les droits de le dire puisque je
suis numéro un. Je ne sais rien de la vie, de l'histoire, des hommes et
de leurs cultures mais je m'en fous, je suis...
Feraient  mieux de relire Lao-Tseu, tous ces bouddhas de pacotille : «
Celui qui a inventé le bateau a aussi inventé le naufrage. »

1 commentaire:

  1. Une définition glanée lors de cours de stratégie :
    => "To get the things done" de Peter Drucker : simple mais efficace !

    RépondreSupprimer