(Rafraichissez la page pour une nouvelle citation)

mardi 10 janvier 2006

Ni fade panégyriste, ni censeur amer

   LE MAÎTRE. – Ne sois ni fade panégyriste, ni censeur amer; dis la chose comme elle est.
   JACQUES. – Cela n'est pas aisé. N'a-t-on pas son caractère, son intérêt, son goût, ses passions, d'après quoi l'on exagère ou l'on atténue? Dis la chose comme elle est!... Cela n'arrive peut-être pas deux fois en un jour dans toute une grande ville. Et celui qui vous écoute est-il mieux disposé que celui qui parle? Non. D'où il doit arriver que deux fois à peine en un jour, dans toute une grande ville, on soit entendu comme on dit.
   LE MAÎTRE. – Que diable, Jacques, voilà des maximes à proscrire l'usage de la langue et des oreilles, à ne rien dire, à ne rien écouter et à ne rien croire! Cependant, dis comme toi, je t'écouterai comme moi, et je t'en croirai comme je pourrai.
   JACQUES. – Si l'on ne dit presque rien dans ce monde, qui soit entendu comme on le dit, il y a bien pis, c'est qu'on n'y fait presque rien qui soit jugé comme on l'a fait.
   LE MAÎTRE. – Il n'y a peut-être pas sous le ciel une autre tête qui contienne autant de paradoxes que la tienne.
   JACQUES. – Et quel mal y aurait-il à cela? Un paradoxe n'est pas toujours une fausseté.
   LE MAÎTRE. - Il est vrai.

Denis Diderot. Jacques le fataliste et son maître. 1765-1783

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire