(Rafraichissez la page pour une nouvelle citation)

vendredi 31 août 2007

Une nouvelle vie commence...


C'est ma copine expert-comptable qui m'a donné ce beau classeur pour ranger mes petits papiers...
Elle m'a dit qu'il n'y avait rien de mieux et qu'aucun ordinateur ne pouvait rivaliser avec ce "premier système de classement thématique"...
Ce que j'adore c'est le slogan en bas:
"Mémoire, Simplicité, Sérénité"!
Elle est pas belle la vie?

samedi 25 août 2007

Richard Rumelt, stratège de la stratégie : « Repérez les changements ! »

Gourou parmi les gourous, Richard Rumelt est professeur de stratégie à l’UCLA’s Anderson School of Management. Extraits de son interview publiée récemment par McKinsey.
1 . Distinguer plan et stratégie
La plupart des plannings stratégiques ne sont que des plans, pas des stratégies. Il faut séparer les plans, budgets et autres allocations de ressources du travail purement stratégique.
2. Identifier les changements
La seule clé de succès est d’identifier les changements dans son environnement : technologie, besoins des consommateurs, réglementations, prix des ressources, comportement des concurrents, etc. et d’essayer d’en profiter vite et bien. Le problème est que ces changements n’arrivent pas à date fixe emballés dans des paquets cadeaux !

Prenez le marché de la 3G : comme le souligne Clayton Christensen
(professeur de la Harvard Business School, auteur de la théorie de la
technologie disruptive), beaucoup de technologistes surestiment ses
capacités ou ne les placent pas au bon endroit. Ne faudrait-il pas
s’intéresser davantage aux applications mobiles à débit moyen comme la
reconnaissance vocale et la recherche géo-localisée plutôt qu’au haut
débit qui focalise toute l’attention ?
3. Une posture de prédateur
La bonne stratégie, dans un monde incertain et complexe, c’est prendre
la bonne position au bon moment. Et c’est forcément risqué sinon il
suffirait de faire tourner des modèles Excel ! Si vous voulez de la
certitude et de la clarté, attendez que les autres prennent les bonnes
positions. Ainsi vous saurez ce qui marche mais ce sera trop tard pour
en profiter.
J’ai demandé à Steve Jobs, après son impressionnant retour à Apple,
quelle était sa stratégie face au quasi-monopole Wintel et il m’a
répondu : « J’attends le prochain gros truc (« the next big thing »).
Il faut adopter une posture de prédateur et saisir toute opportunité,
agir pas forcément le premier mais parmi les premiers et mieux que les
autres.

4. Mixer les savoir-faire
C’est souvent la combinaison de plusieurs compétences qui au départ
n’ont rien à voir entre elles qui crée le succès.  L’ipod est né chez
des gens qui connaissaient bien plusieurs mondes : les loisirs, la
musique, le software et le hardware, le web. Dans chaque domaine, on
connaissait des spécialistes bien plus forts qu’eux mais ils ont su
trouver le bon mix.

5. Du statique au dynamique

La théorie, la recherche en stratégie se sont jusqu’à présent beaucoup
focalisées sur des critères statiques : avantage compétitif, cœur de
métier, part de marché, ticket d’entrée, échelle, culture d’entreprise,
et. Le problème est que dans le business les choses changent plus vite
que dans la géologie, ça se compte en mois ou années plutôt qu’en
millénaires. Il faut passer à une vision dynamique de la stratégie :
comment tel changement affecte telle industrie ? Sera-t-elle plus ou
moins concentrée, intégrée ? La différentiation se fera-t-elle
davantage par le produit ? Le marché va-t-il se segmenter ? Comment je
vois ce marché dans dix ans, en fonction de ce que je sais des désirs
des consommateurs et des technologies disponibles ? Ai-je identifié les
lignes de force de l’économie ? Ma stratégie va-t-elle les utiliser ou
les combattre ?

6. Repenser les métaphores

Il faut s’exercer à réfléchir différemment, au-delà des préjugés : par
exemple, beaucoup d’analystes surestiment l’importance de la taille, de
l’échelle et sous-estiment l’inertie des acheteurs. Alors, tenons-en
compte et essayons ainsi de redéfinir nos prévisions sur ces nouvelles
bases.
Un autre exercice utile est de repenser les métaphores. Par exemple,
pendant le boom des télécoms de 1997 à 2000, on a voulu assimiler le
modèle de développement de la fibre optique à celui des
microprocesseurs, en appliquant une foi de plus la loi de Moore. La
fibre devait révolutionner les télécoms comme les puces ont
révolutionné le PC.
Mais la comparaison n’était pas bonne : une surcapacité de débit a un
effet différent d’une surcapacité de CPU, parce que le réseau est une
ressource partagée, donc toute surcapacité peut être exploitée
immédiatement et faire baisser les prix pratiquement jusqu’à zéro.
Alors que la surcapacité du PC a un effet beaucoup moins important sur
les prix , parce qu’on ne peut pas l’utiliser, il n’y a pas de marché
pour utiliser cette surcapacité. Résultat : on paye toujours un certain
prix pour acheter un PC !

7. Le « déni de valeur » , outil stratégique

J’utilise un autre outil que j’appelle les« déni de valeur ». Il y a
des produits et des services qui sont concevables et voulus par les
consommateurs mais qu’on ne trouve pas sur le marché. Par exemple le
ticket d’avion qui garantit que votre bagage ne sera pas perdu, cela
n’existe pas, quel qu’en soit le prix. Et pourtant, il y a certainement
un prix à partir duquel une compagnie aérienne pourrait le garantir et
le consommateur serait prêt à le payer. Un déni de valeur est toujours
une opportunité de business. Tout changement, toute innovation crée en
même temps des niches de dénis de valeurs.
Exemple : les gens achetaient de la musique à la carte et stockaient 10
000 chansons sur leur ordinateur. Mais cette musique n’était pas
portable. Alors sont nés les lecteurs mp3 et les iPod. Ensuite ils ont
voulu les connecter à leur chaîne hi-fi. ET là, encore un nouveau déni
de valeur : ils se sont rendus compte que la compression mp3 donne un
son moins bon que le CD. Donc ce business n’est pas fini !

8. « A small group of smart people »

Les bonnes réflexions stratégiques sont toujours issues de petits
groupes de gens intelligents: « a small group of smart people ». La
perspicacité, le discernement (« insight ») en stratégie, c’est comme
trouver la solution d’un puzzle. Et pour ces petits groupes, pas
question de faire des présentations Power Point ! Entre faire des
listes à puces et écrire deux paragraphes réfléchis, il y a une grosse
différence !

9. Spécialisation plutôt que diversification

Mes premières recherches en stratégie ont montré que des entreprises
relativement spécialisées étaient plus performantes que celles très
diversifiées. Ce qui était contraire à la théorie financière qui veut
qu’on réduise les risques en se diversifiant. C’est l’inverse du
business : les start-up , entreprises à plus gros potentiel, sont aussi
les plus risquées et elles sont les plus spécialisées. Les entreprises
ne se mettent à se diversifier que lorsqu’elles commencent à piétiner
dans leur croissance initiale. Elle se retrouvent soudain avec plus de
cash-flow qu’elles ne savent en faire.
Plus une entreprise grossit et se diversifie, plus elle accumule des
effets de bord d’improductivité et garde des activités historiques non
rentables. Dans la carrière des managers des grandes organisations, il
est très mal vu de vouloir couper les mauvaises herbes, stopper des
activités, surtout quand c’est dans le jardin des collègues. Résultat :
c’est souvent quand une entreprise est reprise par un fonds privé que
ce fonds opère ces changements avant de la remettre en Bourse.

10. Prendre de la distance par rapport à la Bourse

L’autre problème est bien sûr la pression du cours en Bourse sur les
PDG. Or on sait bien que la majorité des fluctuations des cours en
Bourse n’a rien à voir avec les décisions stratégiques des patrons. Un
ingénieur dirait que le ratio signal-bruit est très faible. De plus,
les cours changent surtout selon les prévisions, plus que selon les
performances. Votre cours ne va pas augmenter parce que vous annoncez
un profit. Il ne va augmenter que si vous annoncez un profit supérieur
aux prévisions ! Et si votre profit n’augmente pas autant que prévu,
votre cours va s’effondrer ! Un bon patron doit donc pouvoir prendre de
la distance avec tout cela.

11. L’ambigüité pour le patron

La vraie qualité de patron, c’est de pouvoir diviser une stratégie en
objectifs atteignables par ses collaborateurs. C’est à la lui de
prendre en charge la plus grosse part d’ambigüité de la situation et de
ne donner aux autres que les consignes les moins sibyllines possibles.
Le vrai lieu du succès (et de l’échec) n’est pas l’entreprise, mais la
business unit. Le rôle de la corporate, du senior management central
est de fournir aux business units les ressources et les compétences
dont elles ont besoin pour se développer sainement, c’est la «
resource-based view ».
Les nouvelles règles ? On devient bon en agissant. On créé sa
compétence en faisant des paris. On gagne ces paris en fournissant au
bon moment les bonnes ressources qui vont développer les bonnes
compétences, ce qui implique de garder une bonne dose d’internalisation…

News en vrac - Août 2007

SAP se lance dans le SAAS (sofware as a service) 
La sortie de A1S est prévue le 19 septembre ; un investissement estimé à 500 M€ pour cibler les PME.
Chine nouvel eldorado de la RFID
La Chine est devenue le premier marché RFID du monde selon une étude IDTechEx. Avec un volume de vente de 2,7 Md$ sur un total de 4,96 Md $. Une des raisons du boom : les nouvelles cartes d’idendité sans contact développées à l’occasion des Jeux Olympiques de 2008.
500 millions de mobiles
C’est le record de la Chine, encore elle, qui devient le premier marché cellulaire mondial, selon Ovum. Leader : China Mobile, 70% de part de marché.
Blogs , vidéos et wikis pour l’entreprise
Une étude de McKinsey fait le point sur ce que le cabinet appelle « le contenu généré par l’utilisateur » . C’est tout bénéfice pour l’entreprise à condition qu’elle puisse s’appuyer sur un petit groupe de promoteurs internes actifs. En vidéos utiles, par exemple, moins de 10% des contributeurs fournissent 75% des vidéos.
Sur votre agenda : Gartner Symposium/ITxpo, à Cannes.
Palais des Festivals, 4 au 8 novembre. 80 analystes, de nombreux keynote speakers, 180 sessions.  Le rendez-vous annuel incontournable de la high-tech.

Accenture lance un service d'évaluation des sites Internet

Lu dans CB NEWS:
Accenture Marketing Sciences, la filiale du cabinet de conseil Accenture spécialisée sur les investissements marketing et médias, vient de lancer un service d'évaluation des sites Internet qui proposent la meilleure"expérience marque" au consommateur. S'appuyant sur neuf facteurs clés (recherche et navigation, informations, services, commerce électronique...), eux mêmes divisés en 33 critères, l'évaluateur d'Accenture a déjà passé en revue plus de 260 sites de grandes marques au niveau mondial. Cinq sites se dégagent : Nike.com, Ford.com, Google.com, Adidas.com et Microsoft.com. "Outil de diagnostic et d'aide à la décision", selon Christine Removille, directrice d'Accenture Marketing Sciences France, ce service a pour vocation d'aider les marques à "identifier leurs axes de progrès sur le web"
24/08/2007 - CBNEWS - David Marquié"

mardi 14 août 2007

Everyday's Customer Champion: le nec plus ultra du one to one

A force de faire du marketing one to one de plus en plus pointu, il fallait bien que cela arrive: on a créé un nouveau concours, le "Everyday's Champion Client" , le "Champion du Client de Chaque Jour" et c'est vous qui le désignez, votre coiffeur qui est le seul à comprendre votre chevelure, votre facteur qui vous sourit même quand il apporte un recommandé des Impôts,le livreur de pizzas qui apporte la bonne pizza à l'heure avec une facture normale, etc. A chaque jour son champion. Comme ça, on est sûr de faire plaisir à tout le monde et de ne louper personne.
C'est le très sérieux spécialiste du marketing 1to1.com qui lance ça, ce n'est pas une blague.
A vous de jouer!
Ca se passe ICI.

mercredi 8 août 2007

Test de QI, logique et histoire d'animaux : réfrigérateur, girafe,éléphant, lion, crocodiles

Pour faire mousser cette histoire hyper-connue (y'en a plein de pages sur le web de cette story, pas de raison que je ne rajoute pas la mienne!), on raconte qu’elle sert de test de logique pour des embauches de consultants.
Mais c’est faux, car sinon, personne ne serait embauché, vu que personne ne répond correctement aux 4 questions.
Or des consultants, on en trouve partout, même moi je m'y mets....
Concentrez-vous !

Question 1
Comment faites-vous entrer une girafe dans un réfrigérateur ?
Rappelez-vous, ceci est un test de logique.
...
Réfléchissez un peu...
...avant de cliquer sur la réponse : ICI

Question 2
Comment faites-vous entrer un éléphant dans un réfrigérateur ?
Réfléchissez également (mais pas trop longtemps),
 - la première réponse a du vous mettre sur la voie - ...
...avant de cliquer sur la réponse : ICI.

Question 3
Attention, ça se complique !
Le Roi Lion convoque tous les animaux à l’assemblée générale annuelle. Il en manque un. Lequel?
Ne vous trompez pas !
C'est le tournant du test.
Il ne vous reste plus beaucoup d'occasions de vous rattraper!
Réfléchissez...
...avant de cliquer sur la réponse : ICI.

Question 4
C’est votre dernière chance, soyez attentif !
Vous devez traverser une rivière infestée de crocodiles. Comment aller de l’autre côté ?
...
Ce n’est pas évident, méfiez-vous!...
...avant de cliquer sur la réponse : ICI.
--source image--

Résultats 2007 records pour Cisco

-- CA 2007: 34.9 milliards $; + 23% sur 2006
-- Bénéfice net 2007: 7.3 milliards $; +31,4% sur 2006
-- Bénéfice par action: 1.17 $; +31% sur 2006
Tous les résultats et analyses du constructeur ICI.

Ventes PC Europe de l'Ouest: +9% deuxième trimestre 2007

Le marché du PC continue de croître en Europe de l'Ouest, selon les dernières prévisions de Gartner.
En France, Acer talonne HP.
Livraisons France en millier d'unités.

Gartnerpcwe2q2007_4

News en vrac juillet 2007

- IBM achète Princeton Softech (archivage de données).
- Dell se met à Linux avec Ubuntu 7.04 sur sa gamme grand public.
- Résultats de BMC Software: un premier trimestre 2008 en hausse.
- AMD lance de nouvelles séries d'accélérateurs graphiques ATI FireGL.
- Samsung crée le
premier écran LCD à interface « DisplayPort ».
- Les PME américaines perdent un peu d'optimisme, selon Sure Payroll Small Business Scorecard.
- groupe Reflect est certifié Zend.
- HP: un webcast audio sur  ses résultats financiers du 3ème trimestre fiscal clos au 31 juillet 2007.
- Les opérateurs Ethernet ont un bel avenir en Europe de L'Ouest, selon IDC.

samedi 4 août 2007

Le paquet magique

Trouvé dans la doc Microsoft:
"Parfois appelé Éveil à distance, Wake on LAN est une technologie qui permet à une personne d’activer à distance un ordinateur de réseau en envoyant un paquet spécial de données (appelé paquet magique). Même si l’ordinateur est désactivé, la carte réseau poursuit l’écoute sur le réseau. Ainsi, lorsque le paquet spécial arrive, la carte réseau peut activer l’ordinateur.

Wake on LAN est utilisé principalement par les administrateurs système
pour effectuer des tâches de maintenance d’ordinateur à distance.
L’ordinateur recevant le paquet magique doit posséder une carte mère,
une carte réseau, un pilote de carte et un système BIOS (Basic
Input/Output System) qui fonctionnent avec Wake on LAN."
Après avoir lu cela, pas étonnant qu'on soit parano et qu'on s'imagine être espionné en permanence!
--source image--