(Rafraichissez la page pour une nouvelle citation)

mercredi 30 septembre 2009

Réunion de têtes pensantes au colloque du Cigref


J'ai bien aimé Gérard Berry, qui pour un ponte du Collège de France, n'a pas l'air trop has been, ne dit pas trop de bêtises – sauf quand il dit qu'il n'y a pas de fils dans le téléphone sans fil ! - et fait montre d'un bel esprit indépendant. Il lance même quelques jolies formules : « Le numérique est une révolution surtout des schémas mentaux », « l'informatique est une science et une technique de construction, pas de déconstruction de ce qui existe », « les molécules sont des vecteurs d'information , on n'en est qu'au début de la bio-informatique », « avant, la science, c'était : on fabrique, ça casse, on recommence » ; « pour nos enfants, le 20e siècle, ce n'est plus qu'un livre d'histoire », « un gamin de 4 ans voit un vieux téléphone à fil chez son grand-père : dis, grand-père, t'as mis un antivol ? ».
Enfin, Gérard Berry a trouvé une perle : le livre « La vie électrique » d'Albert Robida, visionnaire génial qui en 1893 dessinait déjà le visiophone, appelé alors le « téléphonoscope ».

Autre amateur de jolie formules à ce colloque : Pekka Himanen (University of Art and Design, Helsinki), pour qui , par deux fois, :
F= C3, 
autrement dit : F = fundamental challenges
-Clean = climate change
-Care = welfare society version 2.0
-Culture = multicultural life
Message: faire face aux challenges avec innovation et créativité.
Mais aussi:
F= flourishing centers of innovation
-Creative people
-Community of enrichment
-Culture of creativity
Ou comment se donner les meilleures conditions pour innover.
Citons également deux autres intervenants :
-Michel Kalika, Ecole de Management de Strasbourg, auteur de la fameuse théorie du mille-feuilles (on empile les couches techno) qui a un vieux relent de McLuhan et pour qui : « La compréhension des usages des technos résulte de l'analyse de l'intégration entre un potentiel techno et une réalité des structures et de l'organisation»
-Moez Limayen, Walton Professor of Information Systems and Department Chair UNiversity of Arkansas (voir mon itw video du bonhomme), spécialiste du monde virtuel et qui raconte une bonne histoire sur les problèmes de traduction : un jour où il se laissait aller à raconter une blague en anglais devant un auditoire de 1 000 Chinois, celle-ci fut traduite en une seule phrase par l'interprète et tout le monde rit aux éclats; après coup il demanda au traducteur ce qu'il avait dit ; le traducteur : je leur ai dit c'est une très bonne blague, très drôle mais elle est trop longue à traduire, alors riez s'il vous plait !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire