(Rafraichissez la page pour une nouvelle citation)

mardi 13 avril 2010

La stratégie du samouraï


Trouvée dans le dernier livre de Gérard-Dominique Carton Happy Manager : Le bonheur ? Pourquoi pas !Une stratégie du samouraï, que G.D. Carton applique au management mais qui pourrait s'appliquer à la vie, tout simplement. Elle est décrite dans le livre de Muyamoto Musashi, écrit en 1627:Traité des cinq roues : Gorin-no-sho.


  1. Éviter toute pensée négative.
  2. Se forger dans la voie en pratiquant soi-même.
  3. Embrasser tous les arts et non se borner à un seul.
  4. Connaître la voie de chaque métier, et non se borner à celui que l'on exerce soi-même.
  5. Savoir distinguer les avantages et les inconvénients de chaque chose.
  6. En toute chose, s'habituer au jugement intuitif.
  7. Percevoir ce que l'on ne voit pas.
  8. Prêter attention au moindre détail.
  9. Ne rien faire d'inutile, jamais.
A part cela, Happy Manager fourmille de conseils précis, autour d'une idée simple: le manager heureux , dans sa vie privée comme professionnelle, est plus performant. Dans la lignée du fameux courant positif né aux États-unis et qui atteint l'Europe désormais.
J'ai envie de dire: pourquoi pas? On ne risque rien d'essayer!
Le livre a sans doute un seul défaut: il est basé sur une psychologie essentiellement individuelle ("je suis un manager heureux") alors qu'à mon sens le vrai changement à venir viendra du collectif, du collaboratif, du participatif. Mais sur ce point-là, il existe encore assez peu de base théorique...

5 commentaires:

  1. Les écrits sur la psychologie collective du bonheur existent: Les discours de Staline, ceux de Hitler, et aussi ceux de K Marx. Mao aussi.
    Ce furent les génies du participatif, du collaboratif et du collectif. Avec les réussites que l'on connait!

    RépondreSupprimer
  2. @Jean Aymar: un peu excessif peut-être?

    RépondreSupprimer
  3. A peine plus que d'indiquer "le courant positif né aux Etats-Unis" ce,qui a dû faire se retourner A. Comte dans sa tombe ...:), .. Sans parler de Socrate, Montaigne, Rousseau, Voltaire, et Sacha Guitry.

    RépondreSupprimer
  4. Rassurez-vous , cher Jean Aymar, je ne confonds pas le "courant positif" qui est le terme agréé actuellement en français pour parler du "positive management" et qui est bien un courant d'origine anglo-saxonne de ces dernières années, avec le positivisme historique de mes chères études, que je n'ai pas oublié, même si vous y incluez Sacha Guitry que je trouve plus cynique que positif! :)

    RépondreSupprimer
  5. Cher Luc Fayard, Ouf, me voici rassuré! Comme le "positive management" prend ses sources dans la philosophie grecque redécouverte et vulgarisée grâce à des esprits avancés de Palo Alto, nous en serons quitte peut-être pour agréer le fait que ce courant est né en Europe mais que les Américains ont su lui redonner une jeunesse alors que l'Europe l'avait "placardisé"...
    Quant à Guitry, l'on trouve dans ses textes beaucoup de ce que l'on y amène... Sarcastique parfois, lucide souvent, fin toujours, et vous reconnaîtrez qu'un homme qui se marie cinq fois ne saurait être cynique....
    Amitiés....

    RépondreSupprimer