(Rafraichissez la page pour une nouvelle citation)

mardi 6 mars 2012

La crise des ressources naturelles peut-elle provoquer une troisièmeguerre mondiale ?

Numéro spécial du dernier McKinsey Quarterly Report "Resource Revolution" avec notamment ce point de vue très alarmiste de l'historien Niall Ferguson (Harvard), auteur de "Civilization: the West and the Rest" (Penguin Press).
Voici quelques extraits, traduits librement par moi et Google Traduction!...

"Une partie du travail d'historien est de pointer ce qui n'est pas nouveau, comme le choc entre une demande croissante et une offre rare de ressources naturelles ou bien l'aiguillon de la concurrence sur l'innovation. Tout cela est connu.
Ce qui est nouveau, c'est que la crise touche toutes les ressources naturelles. Les seules dont le prix a baissé depuis 2009 sont le gaz naturel, le poulet, les crevettes, le bois et l'huile d'olive. Pour faire un barbecue, c'est bien mais si vous avez un autre régime à l'esprit qui implique des ressources naturelles, il vous faudra payer 100 ou 200% de plus qu'il y a deux ans et demi.
Les seules périodes historiques précédentes avec des tensions équivalentes sur les prix de presque tous les produits sont la Première Guerre mondiale et la Seconde Guerre mondiale. Si vous étiez sur une autre planète à observer sur un écran Bloomberg la courbe des prix des produits de la Terre sur le  long terme, vous concluriez inévitablement que la troisième guerre mondiale a commencé.
Bon, vous auriez sans doute tort mais les évolutions et les changements en cours sont d'une ampleur très importante. L'impact sur la demande que provoque  la rapidité de la croissance économique de la Chine et des pays émergents, à un taux inconnu dans l'histoire, est comparable à celui d'une guerre. Si le reste de l'humanité consommait les ressources naturelles simplement moitié moins que l'Américain moyen, un nombre très important de produits seraient épuisés en 30 ans. Dans certains cas, les métaux rares par exemple: 10 ans. Même le cuivre, que nous considérons comme un métal de base assez abondant, serait épuisé dans 38 ans.
Par contre, une ou deux choses surprenantes ont commencé à émerger. D'abord nous devrions être moins préoccupés par le pic pétrolier que certains l'ont soutenu pendant des années, car l'accès au pétrole en Amérique du Nord pourrait être facilité par la technologie. Qu'il s'agisse de sables bitumineux, des dépôts de marée, ou de la fracturation,  l'Amérique du Nord pourrait potentiellement revenir à l'autosuffisance en énergie au cours des 20 prochaines années.
Donc gardons un oeil sur l'innovation technologique. C'est probablement une erreur de parier contre elle, et de miser sur une technologie statique.
La deuxième considération est d'ordre géopolitique: les Etats-Unis n'ont plus les moyens financiers d'influer sur l'Asie et le Moyen-Orient comme avant. Il est clair que le budget de la Défense va être la plus grande victime de la hausse des paiements d'intérêts sur la dette fédérale en croissance rapide. Ce sont donc les acteurs régionaux du Moyen-Orient qui vont prendre le relais, et la Chine qui dépend de plus en plus du Moyen-orient pour son pétrole.
Ce retrait des États-Unis va transformer les Moyen-orient en zone de danger : c'est assez évident sur la plan historique. On trouve tous les ingrédients d'un conflit: des populations très jeunes, l'empire américain qui s'en va et donc la possibilité de contester l'ordre post-impérial; beaucoup de divisions ethniques, ce qui est souvent la source d'une grande violence, et enfin une  instabilité économique féroce.
Il ne sera pas difficile de lancer ne serait-ce qu'une petite guerre pour générer un vaste mouvement de contestation  face à la hausse des prix du pétrole!..."

1 commentaire:

  1. oui et que pensent-ils des recherches nanotechnologiques sur la génétique et la micro-informatique?
    Il n'y aura pas de 3 guerres mondial mais beaucoup de changement sociaux.

    RépondreSupprimer