(Rafraichissez la page pour une nouvelle citation)

vendredi 19 avril 2013

Les 10 tendances technos made in Deloitte: mes commentaires

Comme promis, mes commentaires sur les 10 tendances technos made in Deloitte déjà citées dans un précédent article.
D'abord une réaction générale: ce ne sont pas des tendances technologiques! Et d'ailleurs, plus personne ne se risque à donner des tendances purement technos, c'est has been, on a honte de la techno, on veut la cacher, c'est une commodité, les technoïdes sont des ahuris, la seule vérité réside dans la relation quasi-fusionnelle entre la technologie et le business... C'est le discours à la mode. Il a bien sûr une part de vérité mais pour quelqu'un comme moi, qui se bat depuis 30 ans avec ces technologies sans jamais avoir trouvé son bonheur et qui en veut toujours plus, ce discours fait un peu... sourire. Mon ordinateur n'est jamais assez puissant, mon réseau jamais assez rapide, mon écran jamais assez réaliste, mon disque dur jamais assez accueillant, aucune interface n'est à la fois fluide et rapide et on perd toujours un temps effrayant dans de la maintenance de bas niveau. Donc à ceux que la technologie intéresse encore un peu, notamment les jeunes, je dis : vous avez bien raison, il vous reste encore beaucoup de choses à inventer, dans tous les domaines !
Maintenant reprenons une à une ces 10 tendances: seul le titre est de Deloitte, les commentaires sont de moi.
source image: La sortie de l'Opéra en l'an 2000 - Albert Robida (1902); à voir dans Tableaux utiles pour illustrer votre discours.
1. Le DSI, catalyseur post-digital
L'idée de fond est de savoir si l'entreprise, avec le niveau de maturité actuel des outils IT (cloud, mobilité, sécurité, analytique du Big Data), peut réellement engager une stratégie d'entreprise numérique. Sur le plan techno, ma réponse est oui: malgré tous leurs défauts, les outils actuels permettent réellement d'imaginer une vraie rupture, à condition de savoir lier ces foutus outils (comme en cuisine, c'est la sauce qui fait la réussite du plat !... :) ). Mais le vrai obstacle n'est pas là: il est dans la vitesse à laquelle la DSI est capable de digérer les demandes des métiers, qui savent ce qu'ils veulent dans leur business, c'est la moindre des choses mais qui s'imaginent aussi avoir compris ce que l'informatique peut leur apporter, ce qui n'est bien sûr qu'à moitié vrai. Il faudra à mon avis un peu de temps avant de clarifier ce dialogue.
2. Pensez « mobile » (et au-delà)
Oui, bien sûr, l'entreprise est mobile, les gens sont mobiles et donc l'IT est définitivement mobile, ce qui est aussi une rupture. Pas facile de remplacer des pupitres de mainframes par des téléphones, n'est-ce pas? Le bémol est que la tablette ne peut pas encore prétendre, dans son format 2013, à un statut d'outil universel dans le business, loin de là. Windows 8 représente un gros changement pour les entreprises, Apple n'a pas de système d'exploitation multiterminal (et je ne suis pas certain qu'il en veuille) et Google est encore loin d'avoir tout compris du concept de terminal d'entreprise parce que l'entreprise est un monde qu'il découvre avec un peu de condescendance.
3. Le «  Social reengineering », réinventez la façon de travailler
De plus en plus de sociétés intègrent des réseaux sociaux d'entreprise, qu'elles s'empressent de rebaptiser parce qu'en France le sigle RSE est déjà pris, par Responsabilité Sociale d'Entreprise. Ils s'appellent donc, à l'anglo-saxonne, ESN : Enterprise Social Network. Ou alors, ils prennent des noms mignons comme LOV (Lafarge Online Village). Ces réseaux affichent déjà quelques succès dans des domaines annexes de l'amélioration de l'organisation interne comme une convention d'entreprise montée plus vite ou des sondages internes plus représentatifs. Mais ils n'ont pas encore trouvé la killer app du ROI. Leur avantage: ils ne coûtent pas cher et ils font un bruit positif dans l'entreprise si la gouvernance est astucieuse et les gens responsables.
4. Pensez « Design »
Plus que Design, je dirai : pensez fluidité, simplicité, ergonomie, rapidité. Dans tous vos process business.
C'est juste un boulot d'enfer !
5. IPv6 : cette fois, c’est la bonne !
Tiens, un paragraphe vraiment techno, pour une fois !
Mais il vient d'un manque de bits dans les adresses IP...
Donc une grosse contrainte technique qui va faire perdre du temps à plein de gens sans pour autant améliorer vraiment vos communications. Cela me fait penser au bug de l'an 2000, vous voyez le genre !
6. Donnez du sens aux données
Pour moi, c'est le grand défi actuel: l'analytique du Big Data. Comment tirer un profit business du traitement de toutes les données accessibles. C'est un énorme chantier qu'il faut mettre en oeuvre avec des équipes trifides: business, informatique, marketing. Et qui doivent être dirigées par des super-héros: inventifs et organisés, empathiques et directifs, technologues et sociologues...
Bon courage !
7. Le travail se prend au jeu !
Ouais, c'est un sujet à la mode: la gamification... Ou comment utiliser les jeux pour améliorer les comportements au travail. Je l'imagine bien pour la formation si vraiment on n'a rien trouvé d'autre... Je trouve que le vrai sujet n'est pas là: il est dans la motivation des troupes. Si les gens sont motivés, ils peuvent même exécuter des tâches pénibles, rendez-vous compte !  Le vrai problème aujourd'hui dans un monde en crise et en perte de repères, c'est comment faire adhérer les collaborateurs à l'entreprise, qui est trop souvent un milieu ringard, durci, parasité par les petits chefs, où l'on se perd dans la matrice, où chacun joue le rôle qu'on attend de lui...Je vous rassure, je n'ai pas la solution. Je me contente d'être indépendant depuis 6 ans, après 30 ans d'entreprise... Et je changerai plus, pour rien au monde !...
8. Réinventez le moteur de l’ERP
Une phrase banale qui cache plein de sous-entendus: Deloitte, qui a sans doute beaucoup d'attaches avec les éditeurs, estime que les nouvelles générations d'ERP, celles du in memory computing notamment, sont à même de fournir aux entreprises les nouvelles solutions rapides et flexibles qu'elles attendent. D'autres diront qu'il faut laisser les dinosaures dormir en paix et que la nouvelle solution est ailleurs...
9. Personne n'est à l'abri du piratage
Comment apprendre à rester zen tout en devenant paranoïaque, c'est un vrai défi que peu de philosophies ou civilisations ont réussi à relever jusqu'à présent. Les consultants et les éditeurs vous incitent tous à faire appel à eux. Je crois plus à un vrai travail préalable sur l'information de l'entreprise : séparer ce qui est vraiment confidentiel de ce qui ne l'est pas. Pour cette première étape vous n'avez pas besoin de grand-chose, si ce n'est d'un peu de jugeote.
10. La DSI, une entreprise à part entière
Et pourquoi pas l'inverse?....Une entreprise organisée comme une DSI. On l'appellerait l'entreprise numérique...Bon évidemment, tous les DSI qui me lisent et me connaissant vont se demander si je ne suis pas tombé sur la tête, parce que je suis en train de les rayer de la matrice avec un discours comme celui-ci. Mais non, mes chers amis, je vous rassure: le futur PDG de l'entreprise numérique, c'est vous, évidemment !
sources images 1 2 3 4 6 7 8 9 10

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire