mercredi 29 avril 2015

Colt, Samuel

Dieu à créé des hommes forts et des hommes faibles. Je les ai rendus égaux.
Samuel Colt, inventeur  du revolver, cité par CHC sur Facebook.

mardi 28 avril 2015

Malraux, André

On ne connaît jamais un être mais on cesse parfois de sentir qu'on l'ignore.
André  Malraux, La condition humaine, cité  sur Facebook par LB.

lundi 27 avril 2015

Tacite

Où ils font un désert, ils l'appellent la paix.
Ubi solitudinem faciunt, pacem appellant.
Tacite

mercredi 22 avril 2015

Saint-Exupéry (Antoine de) : C'est une folie d'haïr toutes les roses

C'est une folie d'haïr toutes les roses parce que une épine vous a piqué, d'abandonner tous les rêves parce que l'un d'entre eux ne s'est pas réalisé, de renoncer à toutes les tentatives parce qu'un 'a échoué...C 'est une folie de condamner toutes les amitiés parce qu'une vous a trahi, de ne croire plus en l'amour juste parce qu'un d'entre eux a été infidèle, de jeter toutes les chances d'être heureux juste parce que quelque chose n'est pas aller dans la bonne direction. Il y aura toujours une autre occasion, un autre ami, un autre amour, une force nouvelle. Pour chaque fin il y a toujours un nouveau départ...
Antoine de Saint-Exupéry, Le petit prince

mardi 21 avril 2015

Einstein, Albert

Alliée à la terrible efficacité des nouveaux moyens techniques, l'accentuation de la barbarie constitue une menace effroyable pour le monde civilisé.
Albert Einstein, cité par Le Figaro dans le texte publié par Le Figaro Littéraire le 23 avril 1955, 5 jours après sa mort. Voir le texte en question dans "Poemes et Textes préférés de Luc Fayard"

Fénéon (Félix) : Nouvelles en trois lignes

― Sous des noms toujours neufs, une jeune femme se place comme bonne et vite file, lestée. Gain, 25 000 francs. On ne la pince pas.
― MM. Deshumeurs, de La Ferté-sous-Jouarre, et Fontaine, de Nancy, se sont tués, en tombant l’un d’un camion, l’autre d’une fenêtre.
― Mlle Paulin, des Mureaux, 46 ans, a été saccagée, à 9 heures du soir, par un satyre.
― Une machine à battre happa Mme Peccavi. On démonta celle-là pour dégager celle-ci. Morte.
― Mme Olympe Fraisse conte que, dans le bois de Bordezac (Gard), un faune fit subir de merveilleux outrages à ses 66 ans.
― C’est au cochonnet que l’apoplexie a terrassé M. André, 75 ans, de Levallois. Sa boule roulait encore qu’il n’était déjà plus.
― La Bartani, de Béziers, veuve, car elle tua son mari, a déchiré d'une balle le nez de Roffini. "Un homme? Un chien!" dit-elle.
― Trois ivrognes lyonnais frappaient Mlle Anselmet, gérante d'un café. Son amant intervint, tira, en tua un et l'a blessée.
― "Tenez, je ne vous gênerai plus!" a dit M. Sormet, de Vincennes, à sa femme et à l'amant de celle-ci, et il se brûla la cervelle.
― Près Gonesse, Louise Ringeval, 4 ans, tomba d'un direct, fut recueillie par un rapide et rentra, 16, rue Daval, à Paris, à peine écorchée.
― Mal en prit à Renaud de se hasarder à portée de fusil du professeur Thalamas, qui chassait à Gambais. A cette heure, il agonise.
― 104 (c'est un nom du lutteur Nassé) fleuretait à Versailles avec une frêle actrice. La légitime Mme 104 le châtia : coup de couteau.
― Pourchassé par un gendarme maritime, un matelot s'est jeté dans des rognures de tôle dont l'une lui trancha la carotide.
― Chez un cabaretier de Versailles, l'ex-ecclésiastique Rouslot trouva dans sa onzième absinthe la crise de delirium qui l'emporta.
― Emilienne Moreau, de la Plaine-Saint-Denis, s'était jetée à l'eau. Hier elle sauta du quatrième étage. Elle vit encore, mais elle avisera.
― Quelqu'un (Bouteiller) molestait, la nuit, les vaches de Davranches, de Haucourt (S.-Inf.). Davranches, au guet, le tua.
― Ce n'est pas sans peine que les gendarmes de Puget- Théniers purent s'évader de leur caserne, que cernait le Var débordé.
― Il a été coupé deux kilomètres de fils téléphoniques entre Arcueil et Bourg-la-Reine et quatre à Pavillons- sous-Bois.
― On était en gare de Vélizy, mais le train roulait encore. L'impatiente Mme Gieger s'est cassé les jambes.
― Un pauvre d'une quinzaine d'années se jette dans le canal, plaine Saint-Denis ; on lui tend une gaule, il la repousse et coule à pic.
― Trop de gens annoncent : "Je vous couperai les oreilles!" Vasson, d'Issy, ne dit mot à Biluet, mais il l'essorilla bel et bien.
― Quatre maires encore de suspendus en M.-et-L. Ils voulaient maintenir sous les yeux des écoliers le spectacle de la mort de Dieu.
― L'amour. A Mirecourt, Colas, tisseur, logea une balle dans la tête de Mlle Fleckenger et se traita avec une rigueur pareille.
― Il fallut une bonne demi-heure pour dégager Inghels des bûches dont la pile lui avait dégringolé dessus, quai d'Austerlitz.
― Le soir, Blandine Guérin, de Vaucé (Sarthe), se dévêtit dans l'escalier et, nue comme un mur d'école, alla se noyer au puits.
― Le matelot chauffeur Jules Pietri, de l'Algésiras (Toulon) s'est laissé prendre par une machine ; elle le mutila.
― Xavier Dubreuil, ouvrier de filature, descendait d'un train, à Charmes, patrie de M. Barrès. Un train inverse le broya.
― Louis Tiratoïvsky a mortellement blessé, à Aubervilliers, Mme Brécourt, et s'est suicidé. L'amour.
― Jules Marty, courtier en mercerie, 56 ans, et sa femme, 38 ans, se sont asphyxiés à Saint-Ouen. La misère.
― Calen, détenu à la prison de Thouars, que venait de manquer la sentinelle, s'est tué en tombant sur des rochers. Il s'évadait.
― Zone militaire, dans un duel au couteau pour la maigre Adeline, le vannier Capello a blessé au bas- ventre Monari, montreur d'ours.
― Poupon, Gaudin, Jiffray, Ordronneau, Granic nient avoir tué Mme Louet. Le juge de Rambouillet les arrête tout de même.
― Au hameau de Boutaresse (Puy-de-Dôme) la veuve Giron a été étranglée, volée et pendue, on ignore complètement par qui.
― Malgré elle, un fantassin balançait à toute volée sur une escarpolette Mlle Laveline, de Nancy. Chute mortelle de 4 mètres.
― A Oyonnax, Mlle Cottet, 18 ans, a vitriolé M. Besnard, 25 ans. L'amour, naturellement. (Havas)
― Avec un couteau à fromage, le banlieusard marseillais Coste a tué sa sœur qui, comme lui épicière, lui faisait concurrence.
― Des gens se disent Portugais, qui ne sont pas portugais, peut-être, et Mme de Bragance quitte Versailles, décevant son hôtelier.
― Mondier, 75 bis, rue des Martyrs, lisait au lit. Il mit le feu aux draps, et c'est à Lariboisière qu'il est maintenant couché.
― Suicide à la carbonisation : Mme Le Bise, de Landriec (Finistère) imbiba de pétrole ses jupes et alluma.
― Lefloch, Bataille et Besnard n'avaient encore recueilli que 2 kilomètres de fil téléphonique quand près d'Athis, on les arrêta.
― D'ordinaire battue par lui, Fleur des Bastions a pris sa revanche à coups de canif dans la figure du Pantinois Gabriel Mélin.
― Susceptible comme un mari, Louis Dubé a poignardé dans la rue de Flandres sa maîtresse Florence Prévost.
― Escortée d'un vieillard, Jeanne Ostende, 18 ans, a été poignarder dans une caserne de Toulon le matelot Victor Michel.
― Les filles de Brest vendaient de l'illusion sous les auspices aussi de l'opium. Chez plusieurs la police saisit pâte et pipes.
― Dans M.-et-L., les maires ne se lassent pas de remettre le Très-Haut au mur des écoles, ni le préfet de suspendre ces maires.
Félix Fénéon, journaliste, écrivain, critique d'art, était chargé des faits divers et les écrivait en 3 lignes dans la rubrique:  "Nouvelles en trois lignes" - un genre qu'il créa - publié dans Le Matin de mai à novembre 1906. Merci à http://asl.univ-montp3.fr/e54slm/FeneonNouvellesEn3lignes.pdf

Miro, Joan

Ce que je cherche, c'est le mouvement immobile, quelque chose qui soit l'équivalence de l'éloquence du silence.
Joan Miro, cité par JF et Artsper sur FB.

lundi 20 avril 2015

Gary, Romain

Elle avait des yeux ou il faisait si bon vivre que je n'ai jamais su où aller depuis.
Romain Gary, La promesse de l'aube. Cité par Laura B. sur FB.

samedi 18 avril 2015

Picasso, Pablo

Un tableau ne vit que par celui qui le regarde.
Pablo Picasso, cité par McBc dans un email privé.

jeudi 16 avril 2015