(Rafraichissez la page pour une nouvelle citation)

jeudi 28 janvier 2016

Apple : Chronique d’une fin annoncée

Je reprends ici une chronique reçue par courriel que j'ai trouvé intéressante et comme elle n'avait pas de lien internet, la voici. Le titre de l'article est aussi celui de la chronique. Bref je n'ai rien fait que de republier, ça fait du bien de temps en temps. Mais tout réside évidemment dans la qualité de la sélection!
Apple a annoncé cette semaine les résultats financiers record pour le premier trimestre de son exercice fiscal 2015. Mais la progression des ventes du célèbre smartphone -  qui n'a été que de 1 % par rapport à la même période en 2014 - n'a jamais été aussi faible depuis la sortie de l'iPhone en 2007.
Andre Spicer
Professeur de comportement
organisationnel à la 

Cass Business School 
de Londres
Voici ce qu'en pense Andre Spicer, Professeur de comportement organisationnel à la Cass Business School de Londres :
Apple a enregistré les plus hauts bénéfices trimestriels de l'histoire, mais méfiez-vous car l’entreprise pourrait dans quelques années tomber de son piédestal, comme cela a été le cas pour Nokia dans le passé. La stratégie d'Apple basée sur l’offre d'une gamme limitée de produits à des prix très élevés pourrait se retourner contre elle. Les smartphones sont de plus en plus considérés comme des biens indifférenciés, les consommateurs vont bientôt commencer à se demander pourquoi payer de telles sommes pour un smartphone et Apple pourrait se trouver prise au piège.
Les ventes de l’Apple Watch n’ont jamais décollé, et pour compenser cette absence de ventes de son principal produit, Apple a décidé de pénétrer d'autres marchés tels que la santé, les services financiers et l’automobile. Le plus grand obstacle est que ces secteurs sont très différents, complexes et très réglementés, avec des acteurs bien établis. Il est difficile de savoir comment les compétences d'Apple dans la production de smartphones trendy se traduiront en compétences dans le secteur bancaire.
Il me semble donc facile de prévoir un scénario catastrophe pour Apple, le plus probable est qu’Apple passe de l’exceptionnalité à la normalité. Lorsque cela se produira, la plupart des habitudes des entreprises traditionnelles apparaîtront : réduction des coûts, programmes de refonte managériale inutiles et répétitifs, etc. Il est probable que les actionnaires mettront plus de pression sur l'entreprise pour les dividendes et entreprendront un programme important de soutien financier. Certains investisseurs voudront sans doute voir revenir dans leurs poches «  la pile d'argent » d’Apple, plutôt que la voir réinvestie pour relancer l'entreprise. Si cela arrive, ce sera probablement le début de la fin.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire