vendredi 5 février 2016

Prise en main OnePlus 2: le meilleur smartphone du marché, plus performant et moins cher

De gauche à droite: iPhone 6 Plus, OnePlus 2, Samsung S5
J'ai enfin trouvé ce que je cherchais depuis des mois: un smartphone très performant, fluide et autonome, sous Android, pour un prix moins excessif que celui des vedettes consacrées!
Eh oui, j'ai pris en main et testé pour vous le OnePlus 2, le smartphone chinois dont tout le monde parle et à juste titre: il est aussi performant voire meilleur sur certains points (battterie, fluidité) qu'un Samsung 5 ou un iPhone 6 plus (je ne vous parle que des appareils que j'ai en main depuis longtemps) et il coûte nettement moins cher: 399 euros pour le modèle à 64 Go.
Du coup, je l'ai tellement utilisé depuis quelques jours que j'ai déjà rayé son écran pourtant réputé résistant (pas grand chose ne me résiste malheureusement, je suis un crash test à moi tout seul); alors j'ai acheté une protection en verre trempé mais c'est un peu tard, n'est-ce pas?
La taille de l'écran de l'Iphone 6 Plus pour un encombrement réduit
Le OnePlus 2 (qui vous l'avez deviné succède au OnePlus 1, un grand succès) a exactement la même taille d'écran qu'un Iphone 6 Plus soit 5,5 pouces.  Mais il est plus petit en encombrement général. Par contre, son écran est nettement plus grand que celui d'un Samsung 5. Il a donc la taille idéale ! C'est notamment une taille d'écran à partir de laquelle on peut lire des textes pendant longtemps, par exemple sur Kindle, sans trop se fatiguer ou bien visionner des vidéos en ayant l'impression d'y voir autre chose qu'un timbre poste.
La batterie tient la journée sans problème, à condition de ne pas faire de GPS, comme pour tous les appareils. Il y a un mode économie de batterie caché quelque part très efficace quand on descend en-dessous des 20%: bon, là tout de suite je ne sais plus où il est mais il existe! Ah si, vous tapotez sur l'icône batterie et ensuite sur le menu de la page Batterie.
Et surtout, le Oneplus 2 dépote, on passe d'une app à l'autre à toute vitesse, c'est la meilleure fluidité que j'ai jamais vue.
La photo est formidable, le son est excellent, là aussi l'un des meilleurs que j'ai jamais vu; il vient avec un tuner avec des préréglages très efficaces: moi qui ait une mauvaise oreille, j'ai vraiment entendu la différence. Pas beaucoup testé la vidéo mais elle a l'air très correcte. 
Bref, il est, au bout de quelques jours d'usage intensif, le plus rapide et le plus complet de tous les smartphones que j'ai pu avoir entre les mains. Je n'ai quasiment aucun reproche à lui faire et pourtant je n'ai pas bu, je vous jure!
Autres dispos en plus ou en moins, histoire de vous montrer que j'ai bossé:
- reconnaissance biométrique pour ceux que ça amuse: je n'ai pas testé, ça me casse les pieds (les mains plutôt);
- surcouche logicielle OnePlus: elle s'appelle Oxygen, et elle est sans intérêt comme la plupart des surcouches de fabricants qui se prennent pour des éditeurs. Android tout nu me va très bien. Sinon, pour votre info, je suis Google (email, contacts, agenda, notes, tâches) parce que changer de smartphone quand on est Google ça prend quelques minutes y compris avec une base de contacts Gmail qui approche les 10 000 entrées.
L'Iphone 6 Plus incapable de gérer une grosse base contacts Gmail
Au passage mon iPhone 6 Plus a été totalement incapable de gérer cette base contacts, même en allant chez les petits génies de l'Apple Store, sympathiques et efficaces mais toujours aussi prétentieux. Là, ils sont tombés sur un os: l'iPhone est inutilisable sur cette fonction, incroyable !  Au bout de 3 caractères de recherche, il s'arrête totalement et met plusieurs secondes à réagir. Mais ils ont trouvé la réponse, les petits génies : c'est la faute de Google, bien sûr. Alors je n'ai pas pu m'empêcher de sortir mon Samsung et de leur faire la démo: temps de réponse immédiat sur celui-ci. Gênés, les mecs...
Donc j'ai rangé mon Iphone dans mon tiroir; je le regarde de temps en temps avec nostalgie parce que je l'aime bien quand même, il est à la fois élégant et sympathique avec ses bords ronds. Le design du OnePlus 2 est sobre, sans plus, avec quand même un dos rugueux assez intéressant pour qu'il ne vous tombe pas des doigts. On ne va pas en tomber amoureux c'et sûr, c'est peut-être le seul petit bémol.
- pas de carte micro-SD mais franchement on s'en fout: avec 64 Go, on a de quoi s'occuper pour un moment ; d'après mon expérience avec une carte micro SD sur le Samsung S5, quand on met trop d'applis au bout d'un moment ça rame ; et les utilitaires qui vous proposent de trimbaler les applis entre la mémoire interne et la mémoire externe, à mon avis, n'arrangent pas les choses. Donc le OnePlus 2 a choisi la version packagée, type iPhone (batterie non amovible et pas de carte SD) et c'est très bien, ça fait une source d'emmerdes en moins.
- pas de puce NFC: pas très grave, il y en a encore pour quelques années avant que ça se développe !
- quelques commandes par geste pour la frime: vous dessinez un O sur l'écran et hop voici l'appareil photo ! un V et c'est la lampe de poche, deux traits verticaux avec deux doigts et c'est la musique ; vous tapotez deux fois sur l'écran noir et hop il se rallume (ça c'est pas mal !).
CONCLUSION: on parle souvent de "flagship killer" pour le OnePlus 2 (le vaisseau amiral, le produit phare, qui va tuer tous les autres). Moi je dis oui mais franchement on s'en fout quand on est juste un utilisateur. Il est tout simplement, actuellement, le meilleur smartphone du marché !

11 tendances du numérique en 2016, selon Deloitte: le mobile super-star

Le début d'année de la high-tech voit traditionnellement fleurir les prévisions des analystes: Accenture vient de sortir sa Technology Vision, j'en parlerais un peu plus tard et Deloitte publie 11 tendances TIC et médias, en voyant du mobile partout, il ne prend pas trop de risque.
Les 11 tendances techno 2016 Deloitte dans les TIC et médias :
1. Réalité virtuelle: surtout en jeu vidéo.
2. Cognitif (avec de l'intelligence artificielle): dans les logiciels d'entreprise.
3. Paiement sur mobile : on y croit !
4. Blocage de la pub sur mobile : ça ne prend pas, bizarre.
5. Le mobile, plateforme de jeux.
6. Le cinéma de papa (dans les salles) : toujours là.
7. Télé : ça s'érode doucement aux US.
8. UHD: l'ultra-haut débit accélère.
9. Smartphones d'occasion: un marché en plein boom.
10. Partage de photos: sans limites.
11. Le mobile perd de la voix : au profit de la data.

mardi 2 février 2016

Comment lever près de 800 millions de dollars sans dire ce que vous fabriquez: faites comme Magic Leap

Dernière levée en date pour Magic Leap: 794 millions de dollars, s'il vous plaît! Que fait Magic Leap: de la réalité virtuelle ou augmentée, je ne sais plus, personne ne sait très bien car ils ne montrent pas grand-chose. Et sur quel produit, sur quelle techno ont-ils levé cet argent dernièrement?... Euh... Ben, on ne sait pas très bien non plus !  A part qu'elle se surnomme "Mixed Reality Lightfield"!
Magic Leap est une entreprise baptisée "ultra-secrète" par les analystes qui adorent ça; elle cache bien son jeu mais apparemment elle sait très bien le vendre aux investisseurs. Tout ce qu'elle montre depuis qu'elle existe, c'est des vidéos bizarres comme cette baleine (ou orque je ne sais pas très bien) qui sort du plancher d'un gymnase transformé en piscine comme un dauphin qui ferait sa pirouette sous les yeux ébahis de jeunes spectateurs.
Je me demande si c'est légal de lever autant d'argent en en disant aussi peu l'usage prévu.  Peut-être qu'ils font une bombe atomique? Ou des armes pour Daesh?... Qui sait? En tout cas, leur secret n'effraie pas Alibaba, le number one chinois du e-commerce et Google qui font partie du tour de table et qui, eux, savent peut-être de quoi il retourne.
Du coup, grâce à son secret et à ses formidables vidéos, Magic Leap est bien sûr une "licorne" (startup non cotée en Bourse dont la valorisation "virtuelle" par les analystes est supérieure à 1 milliard de dollars), elle est actuellement valorisée à 4,5 milliards de dollars. Ben voilà... Ca serait drôle quand même que ce soit un canular monté par des bidouilleurs d'effets spéciaux qui nous font prendre des vessies pour des lanternes... C'est le cas de le dire !

lundi 1 février 2016

Le mobile, n° 1 du web et de la pub, impose son format d'écran

Avez-vous remarqué que les panneaux d'affichage pub vidéo dans la rue ou les aéroports sont de plus en plus verticaux? En fait ils sont homothétiques au format de l'écran de smartphone. Pourquoi? Parce que la pub maintenant ça se passe sur smartphone: Facebook tire 80% de ses revenus du mobile;  90% de ses membres, soit tenez-vous bien, 1,44 milliards de personnes, l'utilisent sur mobile, c'est tout dire. Le réseau social a engrangé 5,84 milliards de dollars de revenus à son quatrième trimestre, en progression de 52% s'il vous plait sur le même trimestre de l'année précédente. On savait le mobile déjà numéro un du surf, depuis l'année dernière. Il est en passe de devenir le numéro un de la pub et il impose déjà son format. D'après e-marketer.com, le basculement a eu lieu à la fin de l'année 2015, année ou le mobile est désormais crédité de 52,4% de parts du marché de la pub digitale aux Etats-Unis avec une prévision de 70% en 2019 sur ce même pays. Les prévisions pour la Chine sont encore plus optimistes : 80% de la pub digitale sera sur mobile en 2019. Et donc si la pub veut se faire bien voir en plein écran, il faudra qu'elle soit en format vertical ! On va sûrement inventer des caméras qui filmeront directement dans ce format...