vendredi 17 février 2017

L'art de la "pré-suasion" ou comment persuader avant de parler

Ajouter une légende
Je lis un livre terrifiant de marketing et de psychologie comportementale:  Pré-suasion, le pouvoir de l'influence commence avant qu'on ait prononcé le premier mot, par Robert Cialdini (First Editions). Terrifiant car, après l'avoir lu, vous ne regarderez plus jamais votre interlocuteur de la même façon : vous vous demanderez quand et comment il a commencé à vous influencer. En général, quand vous posez la question, c'est trop tard. 
Ces chemins de la "pré-suasion" sont invraisemblables (exemples tirés du bouquin): si le restaurant où vous dînez s'appelle "Studio 97" vous serez naturellement enclins à payer une note plus élevée que s'il s'appelait "Studio 27"; si le vendeur vous dit après vous avoir présenté son offre "Rassurez-vous, je ne vais pas vous faire une offre à 1 million de dollars!" vous acquiescez et signez sans sourciller le devis à 70 000 dollars qui, normalement aurait dû vous paraître trop cher; juste après avoir tracé plusieurs lignes longues sur une feuille de papier, des étudiants à qui on demande d'évaluer la longueur du Mississipi donnent un chiffre plus élevé que ceux à qui on a demandé de tracer des petites lignes. 
Quand il s'agit d'un acte de vente, nous dit l'auteur, la stratégie clé est d'inspirer confiance: le vendeur à domicile d'un système d'alarme commence sa démonstration à la famille puis dit " Mince, j'ai oublié la documentation dans la voiture!  Puis-je allez la chercher?" Et, souvent, les gens lui donnent leur clé pour qu'il puisse revenir plus facilement. Or, quelqu'un à qui on donne la clé de sa maison est quelqu'un en qui on a confiance... Ce vendeur-là avait un taux de réussite supérieur aux autres grâce à cette petite astuce, pas tout à fait morale, de sa soi-disant étourderie.
L'auteur a publié auparavant un bet-seller Influence et Persuasion, dans lequel il identifie 6 principes psychologiques utiles dans la stratégie d'influence: réciprocité, sympathie, preuve sociale, autorité, rareté, cohérence. Il les détaille dans ce nouvel ouvrage en élargissant leur utilisation: relations entre collègues, parents-enfants, etc. Bref, dans la sphère sociale, plus personne n'y échappe !
Un des points-clés de l'art de la "pré-suasion" est le timing: il y a toujours un bon moment pour convaincre. Il existe aussi un bon endroit.
Bref, le monde appartient aux influenceurs ! Est-ce bien moral tout çà? A vous de vous débrouiller!...

mercredi 25 janvier 2017

Bernard Stiegler (philosophe): L'intelligence artificielle doit créer de l'espérance


Le philosophe Bernard Stiegler veut que l'intelligence artificielle crée de l'espérance et ouvre de nouvelles voies pout le travail et pour la société. A condition de savoir l'utiliser dans le cadre de la "néguentropie", un nouveau concept de plus en plus cité. Une interview dirigée par Luc Fayard et réalisée par MyD-Business TV dans le cadre du Colloque Cigref sur l'IA.

jeudi 5 janvier 2017

VP9 le codec vidéo de Google utilisé par Netflix... n'est pas dispo sur IOS évidemment

C'est vraiment insupportable cette guéguerre des Gafa entre eux. Au départ il y a toujours une bonne idée et au final il ya toujours un utilisateur qui en profite mais un autre qui en pâtit... En l'occurence Netflix rend enfin ses vidéos (pas toutes) disponibles hors ligne pour qu'on puisse les visionner tranquille quand on n'a pas de connexion. Bravo, bonne idée, qu'ils auraient pu/dû mettre en oeuvre depuis longtemps. Donc, depuis quelques jours, on peut télécharger sur smartphone/tablette des vidéos Netflix pour pouvoir les visionner plus tard dans le train ou l'avion ou dans les doilettes non wifi-isées. Du coup elles vont prendre de la place en stockage (300 Mo en moyenne pour une épisode de série TV en qualité moyenne) et la gestion de la mémoire de stockage reste un problème insupportable sur nos mobiles! C'et invraisemblable le temps que cela nous fait perdre. Donc cherchons le codec qui a le meilleure ration qualité/stockage, se dit Netflix. Coup de pot il y a en a un : VP9,  développé par... Google ! Les vidéos téléchargées seront donc compressés par Netflix en VP9 ce qui autorise nous di-t-on un gain de place de 20% à 30% par rapport aux codecs vidéos classiques. Oui mais voilà le VP9 de Google n'est pas supporté par.. Apple ! On se demande pourquoi... Et donc les possesseurs d'iPhone et d'iPad pourront télécharger du Netflix mais sans faire l'économie de place que feront les Android... Les Gafa qui nous monétisent, avec notre accord plus ou moins implicite  (le coup de "si vous ne payez pas le produit c'est vous qui êtes le produit !" on a fini par le comprendre!) et qui, en échange, ne sont même pas capables de se mettre d'accord entre eux pour faire profiter tout le monde au même moment des mêmes progrès, ca me hérisse le poil!...