vendredi 11 avril 2014

Eloge de la fadeur

Je suis tombé par hasard (mes camarades de taichi) sur ce livre Eloge de la fadeur du philosophe et sinologue François Jullien, qui n'est pas vraiment une nouveauté, puisqu'il date de 1991. Et ce fut un éblouissement ! A notre époque d'esbroufe, d'hyper-hype et de buzz, de cyber-égotisme et de voyeurisme, (re)découvrir les fondements de la pensée et l'esthétique de la Chine sur un concept aussi d'éloigné de nous les Occidentaux que cette "fadeur-détachement" , est un véritable petit miracle que je vous invite à accomplir à votre tour. Ce sera délectable, vous verrez. 

lundi 7 avril 2014

Le mot tendance: Uberification


Uber, qu'il faudrait écrire à l'allemande, über, avec un umlaut (un tréma) et qui veut dire à la fois "super" et "au-dessus" (sous-entendu du lot, ça c'est une private joke puisque c'est Thomas Lot qui m'a mis sur la voie du néologisme), c'est cette fameuse app sur smartphone pour avoir son taxi tout de suite, pardon sa voiture privée. A Londres, j'ai aussi testé Hailo, c'est absolument formidable (et en plus ce sont des vrais taxis eux, comme ça on n'entre pas dans la bagarre) : le slogan de Hailo, c'est "Two taps and two minutes from tap to taxi" , vous tapotez deux fois sur votre smartphone et deux minutes après votre taxi est devant vous. Et ça marche !
Bref, l'uberification c'est la transformation de votre service en app disponible sur smartphone et qui vous délivre un service tout de suite, avec en plus dans le cas d'Uber, le système de paiement pris en charge (ce que je n'ai pas testé chez Hailo).
L'Uberification de l'économie, c'est la tendance à se voir développer des commandes prépayées de services à la demande sur mobile qui se traduisent par une prestation réelle fournie en bout de chaîne au client (voiture, bouffe, etc.)
Ca entre dans le cadre des nouveaux services à la demande sur mobile qui commencent à envahir l'économie: les ODMS, On Demand Mobile Services
Voilà, je vous ai tout dit à vous de jouer et d'inventer le vôtre!
lire ce très intéressant article Uberification of the US Economy

jeudi 27 mars 2014

Les chiffres du monde numérique : 40 zettaoctets et autres babioles

Je cite Nat Maple, vice-président et directeur général, Global Consumer Business, Acronis:
"IDC estime que la taille du monde numérique atteindra 40 zettaoctets (Zo) d'ici 2020, soit 50 fois plus que sa taille au début de l'année 2010. Plus de 250 milliards de photos ont d'ores et deja été téléchargées sur Facebook. En moyenne, 350 millions de photos y sont chargées par jour, soit plus qu'il n'y a d'habitants aux États-Unis. Les utilisateurs d'Instagram y postent 35 millions de selfies par jour, soit plus de 400 par seconde. Sur Twitter, plus de 400 millions de tweets sont envoyés par jour, alors qu'en moyenne un livre compte 64 000 mots. Si chaque tweet comportait un seul mot (en réalité ils comportent en moyenne 28 caractères, soit plus qu'un mot normal), cela représenterait l'équivalent de 6 250 romans par jour." 
Ca vous fait quel effet tous ces chiffres?
Moi, rien.
Ou plutôt si: tout ça, c'est trop...

mercredi 26 mars 2014

La mode du selfie, terrifiant symbole d'internet

Mon selfie
Le selfie c'est son autoportrait photo à tout moment et tout le monde s'y adonne, même les Clinton ! Comme si on n'avait rien de mieux à faire que de se prendre en photo à tout bout de champ. Il y a même un, un Anglais évidemment, qui a tenté de se suicider parce qu'il n'était pas content des selfies qu'il prenait par centaines tous les jours depuis l'âge de 15 ans.  La meilleure appli du moment, sur Android et IOS, c'est celle qui vous permet d'embellir en deux clics votre selfie. Non seulement on s'emmerde tellement qu'on se prend en photo mais en plus toutes les images sont truquées pour vous faire paraître plus beau que vous n'êtes en réalité. Pour moi, le selfie, c'est le symbole d'internet, le nombrilisme poussé à l'extrême, l'extrême solitude qui fait qu'on se regarde soi-même au milieu de la foule. Un peu comme ce gars qui, au lieu de regarder ce qui se passe autour de lui, se prend en photo tous les jours à 9h09, depuis septembre 2002, bien avant qu'on invente le mot selfie. Internet n'est définitivement plus un moyen de communiquer mais simplement un moyen de se mettre en avant. Chacun pousse son égotisme. C'est le syndrome de Narcisse ou de la reine dans Blanche-Neige et, rappelez-vous, ça finit mal !

mercredi 19 mars 2014

Spritz, pour lire deux fois plus vite

La démo ci-dessus n'est qu'une image gif mais elle donne une bonne idée de Spritz: on lit des mots qui défilent l'un après l'autre, à une vitesse qui peut aller très loin, par exemple 1000 mots/minute. Et chaque mot est centré sur son point de reconnaissance optimale (optimal recognition point ou ORP).
Le produit, annoncé au MWC 2014 (Mobile World Congress) de Barcelone sera dispo sur toutes les plateformes. Tout le débat qui se répand sur le net en ce moment est de savoir si cette lecture fait mal aux yeux et à la tête, ou bien si on comprend moins bien le sens de ce qu'on lit, etc. Moi, ça m'amuse pour l'instant, je vais essayer d'avoir une démo plus complète...

Le syndrome de Vasco de Gama ou l'illusion de savoir

Quand Vasco de Gama découvre les Indes en 1498, il décrit un temple hindou comme si c'était une église chrétienne, car il ne peut imaginer qu'il s'agisse d'une autre religion! Cette erreur incroyable d'un des plus grands explorateurs de tous les temps forme le début saisissant de ce petit traité sur l'innovation de Miguel Aubouy Le syndrome de Vasco de Gama.
L'auteur, à la fois scientifique et poète, et éditeur (Editions Nullius in Verba) poursuit avec cet opuscule sa publication régulière de petits livres jaunes sur l'innovation, dont j'ai déjà parlé ici.
Et la lecture en est toujours aussi plaisante : l'ouvrage fourmille d'anecdotes et de circonvolutions pour nous aider à comprendre un peu mieux ce qu'est l'esprit de découverte et d'innovation.
J'adore notamment toutes les citations qu'il utilise, comme celle-ci de René Char "La vérité est la moins saisissable des réalités". Ou encore Thomas Samuel Kuhn, philosophe des sciences : "Tout se passe comme si nous ne retenions des signaux qui nous parviennent de l'environnent que ceux qui sont à la fois conformes à nos connaissances, étayent nos convictions, justifient nos actions, rencontrent nos rêves et nos imaginaires." Ou encore, la plus belle, de Saint Augustin: "Qu'est-ce qu'un homme? Des yeux et des fantômes".
Et Miguel Aubouy termine sa démonstration éclatante avec, forcément, une citation de poète: "N'apprends qu'avec réserves. Toute une vie ne suffit pas pour désapprendre ce que naïf, soumis, tu t'es laissé mettre dans la tête - innocent ! -, sans songer aux conséquences." (Henri Michaux).
L'auteur conclut et cela résume bien sa pensée: "Le principal obstacle à la découverte de la Terre n'a pas été l'ignorance mais l'illusion de savoir…"

mercredi 12 mars 2014

OK, Glass ! la nouvelle interjection à la mode

"OK, Glass" ! est en train de devenir l'expression buzz, hype et up pour dire: "Vas-y , fais ce que je te demande !" C'est bien sûr, vous l'avez deviné, ce que vous devez dire à vos lunettes Google pour qu'elles exécutent un ordre informatique comme de lire un email ou de consulter une page web. Le tout s'affiche dans cette petite loupe devant votre oeil droit qui vous faire croire à un bel écran devant vous. On doit quand même avoir mal à la tête au bout d'un moment avec cette prothèse oculaire.
OK, Glass! devient aussi le symbole du gadget high-tech hyper-branché dont tout le monde doit être équipé même si on se demande encore à quoi il sert, à part de vous libérer les mains. Comme çà on peut se curer le nez discrètement, par exemple.
OK, Glass ! c'est ce que dit, parait-il le chirurgien juste avant d'opérer quand il a lu toutes les informations médicales dont il avait besoin. S'il s'est trompé de patient, par contre, je ne sais pas si les lunettes le lui diront.  Ou encore ce que va bientôt dire le client de la Caisse d'Epargne pour effectuer un virement sur son compte, en priant pour que tout fonctionne.
Donc, ne loupez pas le coche, foncez acheter ces lunettes, je ne sais pas où et je ne sais pas pour quel usage, ni à quel prix, mais foncez. Ok, Glass ?
source image

vendredi 7 mars 2014

Vidéo / Prise en main: J'ai testé pour vous la Box 4 G de Bouygues Telecom. Ca pulse !

J'ai eu la chance d'avoir entre les mains pendant quelques jours la Box 4G de Bouygues Telecom (fabriquée par Huawei) et…. Ca dépote ! Surtout quand vous venez d'une installation internet moyenne, ce qui est mon cas. Bref, vous déballez, vous branchez sur une prise électrique, et quelques secondes après, vous êtes connecté !
Il n'y a pas plus rapide à l'heure actuelle pour installer ex nihilo une connexion internet n'importe où… à condition bien sur d'être dans une zone couverte par la 4 G.
Dans mon cas (30 km à l'ouest de Paris), je suis à la limite de la couverture 4G de Bouygues Telecom, que je ne capte d'ailleurs pas avec mon smartphone (Nexus 5). Par contre, la Box 4G, elle, capte le signal (3 barres sur 5), à condition de l'installer au bon endroit, en l'occurrence chez moi au grenier devant une lucarne et dans une direction bien précise (vers le nord)!…
J'ai branché dessus un répéteur CPL (courant porteur en ligne) wifi Devolo (modèle 500 dLanWifi) et le signal est bien répété sans perte de vitesse dans toute les pièces où j'ai branché des répéteurs. Comme l'installation est dans le grenier, le routeur et le répéteur sont branchés sur la même multiprise à rallonge, ce qui est fortement déconseillé dans les manuels mais, pour l'instant, ça marche!
Et l'heureuse surprise est là : les quelques tests de mesure de débit que j'ai faits me montrent une vitesse de téléchargement descendant (download) de 12 à 14 Mbps et , surtout, une vitesse de téléchargement montant (upload) de près de 4 Mbps.
Le gain est évident. Il suffit de comparer avec ma ligne ADSL, également Bouygues Telecom, qui me donne péniblement un 4 Mbps en download et un 500 Kbps en upload. Mais l'opérateur n'y peut rien, c'était la même chose avant avec Orange, je suis en bout de ligne et à plus de 3 km du DSLAM. Mais, côté GSM, ça s'est amélioré, au moins mon mobile BT est opérationnel alors qu'avant, avec SFR, je ne captais quasiment nulle part dans la maison.
Par contre, le débit du routeur 4 G semble plus versatile qu'avec l'ADSL et il lui arrive de descendre à 4 Mbps en download puis il repart gaiement à 12 Mbps. Allez savoir pourquoi. Probablement parce que je suis en limite de couverture. En tout cas, pour un usage professionnel régulier, cette instabilité du débit en limite de zone me paraît être un gros frein.
Au passage, je signale que j'ai choisi finalement Bouygues Telecom pour l'ADSL et le mobile parce que sur l'ensemble de mes forfaits (2 lignes internet et 2 mobiles), par rapport à des abonnements Orange et SFR,  j'ai gagné près de 150 euros par mois !…
Enfin, dernière précision et non des moindres: vu le niveau de prix, il s'agit pour l'instant d'une offre professionnelle: 99 € HT par mois, avec une limite de 50 Go. Au-delà, la connexion est facturée 5 €/Go.
La preuve que c'est professionnel: il n'y a pas de bouquet TV proposé dans l'offre !… (0n peut bien sûr regarder la télé sur le web mais ce n'est pas discriminant car par exemple Canal + diffuse correctement sur le web à partir de 1,5 Mbps).
La rumeur dit que Bouygues Telecom sortirait bientôt un routeur 4G plus performant avec une petite antenne extérieure qui lui permettrait de capter à 20 km de l'émetteur.
J'attends cela avec impatience !

dimanche 2 mars 2014

Vidéo / Jean-Michel Besnier: "L'homme simplifié" ou le syndrome de la touche étoile


Les technologies nous obligent à des comportements stéréotypés, symbolisés par la touche étoile du clavier, explique le philosophe Jean-Michel Besnier, auteur du livre « L’homme simplifié » (Fayard). D’où ce paradoxe de l’homme moderne, certes augmenté par les technologies qui développent certaines de ses capacités mais pas celles de l’essence humaine comme l’esthétique ou l’humour. Il devient une mécanique absurde qui ne pourra jamais concurrencer les machines. Même dans une société rendue plus confortable par les technologies, il faut continuer de privilégier la réflexion et l’intériorité propres à l’homme. D’où le conseil du philosophe aux concepteurs de machines : savoir distinguer le signal, qui est un simple indicateur de comportement, du signe qui seul permet l’échange. L’idéal : réaliser des machines à conversation… Une interview signée Luc Fayard, pour MyDSI-Tv.

lundi 24 février 2014

La guerre des géants du web: Facebook encore plus fort que Rakuten, achète WhatsApp 19 MILLIARDS de dollars !

Brian Acton et Jan Koum - copyright The Guardian
Je m'étonnais ici du prix exorbitant payé par le géant japonais du e-commerce Rakuten pour le rachat de Viber (téléphone wifi) : 900 millions de dollars pour 200 millions de membres, soit 4,5 dollars l'internaute. Alors que dire du prix lunaire payé par Facebook pour acheter l'autre grande appli smartphone du moment, WhatsApp, un chat wifi multimédia multiplateforme? 450 millions d'utilisateurs achetés 19  milliards de dollars ! Soit - c'est tellement ahurissant que j'ai refait plusieurs fois le calcul - 42,22 dollars l'internaute…
En tout cas l'histoire a tellement plu aux internautes qu'ils se sont précipités sur WhatsApp (qui enregistrait déjà 1 million de membres en plus par jour ) : du coup l'appli s'est plantée pendant plusieurs heures, victime de son succès. C'est trop drôle !…
Et portant, rien ne distingue WhatsApp de Viber au niveau en tout cas de l'innovation: les deux appli n'ont rien inventé. Viber est juste mieux que Skype et WhatsApp n'a fait qu'améliorer le principe du chat en le rendant multimédia et mutiplateforme, ce qui est déjà une belle opération mais n'a quand même rien de révolutionnaire.
De même, dans les deux cas, le chiffre d'affaires est ridicule et les bénéfices inexistants.
Seul compte le nombre d'abonnés et leur taux d'utilisation effective qui est monumental dans les deux cas.
Dans le cas de WhatsApp, on pourrait rajouter un petit discours qui plait aux internautes sur le respect de la vie privée, inspiré par Jan Koum et sa méfiance des systèmes policiers. Mais là aussi, je demande à voir !...
Donc, l'innovation de rupture n'est plus vraiment une innovation mais simplement une amélioration significative. C'est d'ailleurs, quand on le lit bien, ce que nous a appris à tous le dieu du sujet Clayton Christensen que je résumais ici:
"Une innovation est disruptive si elle répond aux critères suivants : 
 - elle crée un nouveau marché et/ou une nouvelle valeur ; 
- elle perturbe un marché existant et/ou une nouvelle valeur (pour quelques années ou décennies) ; 
- elle améliore un produit ou un service d’une manière inattendue ; 
- elle trouve des nouveaux consommateurs et fait baisser les prix du marché. 
Les disruptions numériques, notamment, ont en commun de faire gagner du temps et d’apporter du plaisir."
Ce qui a vraiment causé le succès dans les deux cas c'est la gratuité, le multiplateforme et le multimédia. Ce qui est déjà pas mal!
Quant aux fondateurs, Jan Koum et Brian Acton, je ne sais pas ce qu'ils vont pouvoir faire de ces montagnes de dollars. Une dépression peut-être? Ils ont créé WhatsApp en 2009 après avoir fait leurs dents chez Yahoo et après avoir été refusé à l'embauche chez Facebook et Twitter ! D'où le fameux tweet de Brian Acton qui est déjà un collector : "Facebook turned me down … looking forward to life's next adventure."
Jan Koum notamment est déjà une légende, juif et pauvre, émigré d'Ukraine pour fuir l'ambiance policière, venu en Californie avec sa mère dans les années 90 et qui a commencé par des petits boulots. Le voici multimilliardaire. L'autre est plus classiquement un bobo californien, diplômé de Stanford néanmoins.
Selon Les Echos qui citent le magazine américain « Forbes », à eux deux, les compères auraient 60 % de Whatsapp et Jan Koum 45 % à lui seul: il pèse donc aujourd'hui 8,5 milliards de dollars. Grand bien lui fasse...

vendredi 14 février 2014

L'ogre du net Rakuten achète Viber 900 millions de dollars : qu'en dites-vous?

Hiroshi Mikitani, CEO de Rakuten
Le rachat de Viber par Rakuten inspire plusieurs réflexions:
- Viber n'a pratiquement jamais gagné d'argent avant d'être achetée mais revendique 200 millions de membres : le mythe de la net-économie qu'on croyait avoir été balayé par l'explosion de la bulle internet dans les années 2000 est donc toujours vivant; le prix de l'internaute se situe avec cet achat à 4,5 dollars.
A titre de comparaison, voici ce que j'ai trouvé chez quora.com (signé  William Wai Wong, Internet Marketer) comme cout d'acquisition d'un client, par secteur d'activité:
*Social/Mobile Games: $0.25 - $2.00
*Freemium Consumer Software: $3.00-$7.00
*Ecommerce (Email Leads): $3.00-$12.00
*Online Education: $30.00-$100.00
-Enterprise Software Leads: $30.00-$100.00
-Online Media Subscription: $7.00 - $20.00
- Viber n'a rien inventé puisque c'est un concurrent de Skype; il s'est contenté de peaufiner l'utilisation du téléphone en wifi; donc le mythe de l'innovation disruptive est lui aussi battu en brèches; même un me-too, même un numéro 2 peut faire sa pelote dans l'univers impitoyable du net.
- Créer une entreprise et la revendre reste le meilleur moyen de faire fortune:  le fondateur (et sa famille) Talmon Marco a créé Viber en décembre 2010 et il va empocher trois ans et quelques plus tard près de 100 millions de dollars.
- Enfin l'ogre du net ne s'appelle pas Facebook ou Google, il s'appelle Rakuten, une société japonaise d'e-commerce dirigé par un excentrique qui ne respecte pas les règles habituelles du business à la japonaise; le vrai disruptif c'est peut-être lui:  Hiroshi Mikitani (photo)
Il a déjà racheté PriceMinister en France, Kobo (liseuse) au Canada, Viki, Linkshare et Buy.com aux Etats-Unis et il annonce vouloir être le numéro un du service sur internet, tout simplement. A suivre, comme dit toujours le journaliste qui ne sait pas comment terminer sa chronique...

lundi 27 janvier 2014

Test - Prise en main: YziPro Elite, une tablette Android efficace

Le marché des tablettes Android est en train de devenir un véritable bazar où il va être difficile de distinguer le bon grain de l'ivraie.
La tablette YziPro, avec ses différents modèles, sort du lot avec un argument simple: le prix.
J'ai eu en main pendant quelques jours le modèle haut de gamme, la YziPro Elite.
Côté performances (QuadCore), en tout cas celles constatées sur des usages bureautiques, elle est fluide et rapide, même si je n'ai pas vraiment senti l'ivresse de la vitesse qu'aurait dû apporter le Quadcore.
Côté habillage, YziPro Elite est dotée d'un nombre impressionnant de slots (deux USB et même un HDMI pour se brancher directement sur un grand écran), qui n'a rien à envier à un ordi.
Le tout donc pour 259 €, ce qui reste quand même un bon argument pour une tablette de 9,7 pouces. A tire de comparaison, la Nexus 10 de Google/LG est à 399 €.
Un défaut net à lui reprocher: le volume de son son qui me parait particulièrement faible mais c'est un défaut répandu chez les tablettes, je ne sais pas pourquoi.
YziPro Elite fait partie des tablettes extensibles qui accueillent une carte externe micro-SD: j'étais très sensible à cet argument quand j'étais jeune parce que j'estimais que plus j'avais d'apps et de data, plus j'étais fort et intelligent, mais, en vieillissant, je suis plus sceptique car je me demande si ce cette carte pas un facteur de ralentissement, quand elle commence à être surchargée.
L'appareil photo n'a rien d'extraordinaire.
Quant à l'écran, il est annoncé comme un Retina 2048x1536 pixels mais je n'ai pas été spécialement ébloui (ni déçu).
Au final, c'est surtout le prix bas pour un usage polyvalent qui fait le plus de cette tablette (française au demeurant, fabriquée par evi)

vendredi 24 janvier 2014

WittiZ: vous cherchez une scène de film pour illustrer votre propos ?

video
Une petite scène de film à la demande pour illustrer votre propos, qui n'a pas rêvé de cette App?
( Car il n'y a pas que la scène de la cuisine dans Les Tontons Flingueurs!)
Eh bien la voici, c'est Francis Jaluzot et son équipe qui vous ont concocté ce petit bijou: WittiZ.
L'App est dispo sous IOS pour l'instant et annoncée pour bientôt sur Android. Elle bugue un peu sur mon iPad mais je crois que c'est parce qu'il faut lui réserver toute la mémoire dispo. Le catalogue des scènes (quelques secondes à chaque fois suffisent) est déjà bien étoffé et classé par thèmes: animaux, travail-business, absurde, drame etc.
J'ai choisi le thème "Il n'est pas du matin", je ne sais pas pourquoi, tiré du film "Bienvenue à Bord" de Eric Lavaine avec Franck Dubosc et Eric Lavaine.
plus d'info sur Wittiz

vendredi 17 janvier 2014

Meilleurs Voeux 2014 avec un jeu de mots-clés tirés au hasard (Vidéo)

En direct et sans montage, mes voeux 2014, sous le signe de la technologie au service du business et construits en temps réel à partir d'un jeu de cartes de mots-clés. Le jeu est battu et les voeux sont créés à partir de chaque mot-clé tiré au hasard. Avec une petite surprise dans le lot... Discours, réalisation et montage: Luc Fayard, journaliste indépendant. Idée originale du jeu de cartes: Scop Le Pavé et Frank Lepage (qu'il avait appliqué à un discours politique).

vendredi 10 janvier 2014

Jean Bachès, génial faussaire… de timbres et son livre "Mail - Art"

Je ne parle pas souvent de livres sans rapport avec la technologie ou le management mais là c'est un coup de coeur:  Jean Bachès a passé sa vie à dessiner ses propres timbres et chaque fois qu'il en terminait un il le collait sur une enveloppe qu'il s'adressait pour qu'il soit oblitéré le jour de sa création ! Jean Bachès , alias King Graffiti, est non seulement un faussaire de génie mais un artiste car ses timbres, souvent basés sur un fait d'actualité, sont de très belles créations et mériteraient sans doute d'être plus connus. Le beau livre qui rassemble 350 de ces faux timbres oblitérés s'appelle "Mail-Art", publié par son lyonnais de fils Stéphane Bachès: voir le site. Du fait de sources d'inspiration de son auteur, il devient une sorte de catalogue en images de l'actualité de la fin du 20e siècle. Collector !

samedi 28 décembre 2013

Le monde en 2030 : les scénarios et tendances du National Intelligence Council

Le document a été publié en décembre 2012 (je me réveille un peu tard, d'accord ! :) ) mais il me semble toujours d’actualité. Il s’agit du rapport du National Intelligence Council qui donne les grandes tendances géopolitiques du monde en 2030. Bien entendu l'exercice est très maîtrisé puisqu’il n’est pas censé dévoiler les secrets de la stratégie des Etats-Unis. Mais il reflète néanmoins un certain état d’esprit, une vision, qu’il est intéressant de connaître.
Ces réflexions prospectives se font plutôt en forme de scénarios alternatifs et de questionnements.
En résumé :

MEGA TENDANCES
  • Autonomisation de l’individu
  • Diffusion du pouvoir
  • Modèles démographiques
  • Alimentation, eau, énergie : le lien
FACTEURS DE CHANGEMENT
  • La crise mondiale de l’économie
  • Le défi de la gouvernance 
  • Potentiel d'augmentation des conflits
  • Portée plus large de l'instabilité régionale
  • Rôle des États-Unis
MONDES POTENTIELS : 4 SCENARIOS
  • Scénario 1 : Moteurs au point mort
  • Scénario 2 : Fusion
  • Scénario 3 : « Génie hors de la bouteille »
  • Scénario 4 : Un monde non étatique
En détail, sous forme de tableau de synthèse :

lundi 23 décembre 2013

Vocabulaire numérique: le bac à sable n'est plus ce qu'il était

De mon temps, un bac à sable c'était un bac à sable, une aire de jeux douce et chaude où ne s'ébattaient que de petits êtres purs, ces chères têtes blondes, sous l'oeil attendri de leur maman. Aujourd'hui, selon un des spécialistes de la sécurité informatique, Check Point, c'est "une version virtualisée et isolée d'un environnement informatique, qui agit comme une zone de sécurité permettant l'exécution des différentes applications à risque ou destructives." Les jeux qu'on y joue sont ceux de la cybercriminalité et de leurs parades. C'est moins bucolique et plus dangereux. Ce n'est plus un espace de détente, c'est Guantanamo, la quarantaine, le mirador. Mais c'est pour notre bien. Tout un symbole!
source photo

mercredi 4 décembre 2013

Topsy , moteur de recherche de tous les tweets depuis 2006

"All tweets since 2006" et dans tous les langages, telle est la promesse du moteur de recherche Topsy. Le business model ne doit pas être inintéressant puisqu'il vient d'être racheté par Apple pour 200 millions de dollars. Pour une boîte de 45 personnes et surtout pour les fondateurs qui ont eu cette bonne idée en 2007 de stocker tous ces tweets, c'est pas mal, non? Le moteur possède manifestement plein d'extensions "premium" qui peuvent vous permettre de faire de l'analytics et des comparatifs  dans tous les sens. Bref, c'est la nouvelle pépite du digital content et toutes les grandes marques l'utilisent déjà. Et vous?

lundi 2 décembre 2013

Comment regarder Netflix en France

Ajouter une légende
Vous le savez sans doute, Netflix est ce qu'il se fait de mieux dans le monde comme serveur de vidéos et Tv à la demande. Il est simple, rapide, doté d'une bonne base de données de films. Tous les films et les séries sont visibles quasi-instantanément en streaming, pas besoin d'attendre le téléchargement. Il possède un moteur de recommandation digne de celui d'Amazon et revisite ses playlists en permanence selon les votes des internautes. Et, surtout, il est disponible en abonnement pour moins de 8 euros mensuels. A ce prix là, visionnage illimité !

jeudi 21 novembre 2013

Les 10 technologies stratégiques pour 2014, selon Gartner

Le cabinet américain Gartner publie comme chaque année à cette époque son numéro d'équilibriste, pardon de prévisionniste, toujours très attendu, sur les "technologies stratégiques", c'est-à-dire celles qui auront un "impact significatif" sur l'entreprise dans les 3 prochaines années. Un "impact significatif" est celui qui crée une rupture sur l'IT et nécessite un gros investissement.
Les 10 technos stratégiques 2014, en un coup d'oeil:
  1. Gestion de la diversité des mobiles
  2. Développement des Apps mobiles
  3. L'internet de tout objet (Internet of Everything)
  4. Cloud hybride et IT en tant que Service Broker
  5. Architecture cloud/client
  6. L'ère du cloud Personnel
  7. SDx = Software Defined Anything
  8. L'IT à l'échelle du web (Web-Scale IT)
  9. Smart machines
  10. Impression 3D