(Rafraichissez la page pour une nouvelle citation)

mercredi 3 mai 2006

Stéganographie pour les nuls: Georges Sand et Alfred de Musset

La stéganographie, c'est l'art de cacher un message à l'intérieur d'un autre.
Dans l'Antiquité, on écrivait sur le crâne rasé du messager et on le laissait partir une fois les cheveux repoussés: il fallait avoir le temps.
Tout est bien expliqué dans cet article de Wikipédia.
Il a surtout le mérite de nous ressortir la correspondance (sans doute apocryphe) entre Georges Sand et Alfred de Musset, exemple fameux de stéganographie:
De Georges Sand à Alfred de Musset:
Je suis très émue de vous dire que j'ai
bien compris, l'autre jour, que vous avez
toujours une envie folle de me faire
danser. Je garde un souvenir de votre
baiser et je voudrais que ce soit
là une preuve que je puisse être aimée
par vous. Je suis prête à vous montrer mon
affection toute désintéressée et sans cal-
cul. Si vous voulez me voir ainsi
dévoiler, sans aucun artifice mon âme
toute nue, daignez donc me faire une visite.
Et nous causerons en amis et en chemin.
Je vous prouverai que je suis la femme
sincère capable de vous offrir l'affection
la plus profonde et la plus étroite
amitié, en un mot, la meilleure amie
que vous puissiez rêver. Puisque votre
âme est libre, alors que l'abandon où je
vis est bien long, bien dur et bien souvent
pénible, ami très cher, j'ai le cœur
gros, accourez vite et venez me le
faire oublier. À l'amour, je veux me sou-
mettre entièrement.
Réponse d'Alfred
Quand je vous jure, hélas, un éternel hommage
Voulez-vous qu'un instant je change de langage
Que ne puis-je, avec vous, goûter le vrai bonheur
Je vous aime, ô ma belle, et ma plume en délire
Couche sur le papier ce que je n'ose dire
Avec soin, de mes vers, lisez le premier mot
Vous saurez quel remède apporter à mes maux.
Et conlusion de Georges:
Cette grande faveur que votre ardeur réclame
Nuit peut-être à l'honneur mais répond à ma flamme.   
PS: solution du premier texte, pour ceux qui ne le savent pas encore: on lit une phrase sur deux...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire