samedi 8 janvier 2005

L'arrogance de certains blogueurs

Je croyais le débat lancé par mon point de vue publié par Les Echos terminé. Voilà qu'un gars de over-blog le relance en débarquant 15 jours après tout le monde. Quand on lit son texte (dont je ne donnerai certainement pas l'adresse) on est absolument consterné.
Je voudrais simplement vous soumettre les réflexions qu'il m'inspire:
- on ne peut débattre de rien si on accuse l'autre de mauvaise foi, de prétention,etc., si on accuse les autres (en l'occurence les journalistes) de manque de professionnalisme; si c'est ça être un blogueur, alors là, oui, je ne suis pas un blogueur.
- on ne peut débattre de rien si on reproche à l'autre de donner des leçons, pour immédiatement en donner aussi.
- on ne peut débattre de rien si les mots, les phrases de l'autre sont mal interprétées, on ne peut même pas communiquer.
- on ne peut débattre de rien si on fait preuve de l'arrogance que l'on reproche à l'autre.
Moi, j'aimerai que les gens qui sont censés être des promoteurs des blogs fassent preuve de plus de respect vis-à-vis de l'autre que ce monsieur, d'un peu plus d'humilité, bref qu'il y ait quand même quelques valeurs morales et de communication que tous les blogueurs du monde puissent partager entre eux pour donner à ce phénomène du blog la place qu'il mérite.

9 commentaires:

  1. Votre réponse est bien facile!
    Je "débarque 15 jours après tout le monde" car j'étais à l'étranger sans accès à Internet, et la lecture de votre note m'a fait bondir.
    J'ai répondu avec un ton qui correspond assez bien, je trouve, à celui utiliser dans votre article. On récolte ce que l'on sème...
    Votre dernière phrase semble indiquer que vous avez changé d'avis depuis l'écriture de votre article dans Les Echos? Bref, votre réaction à la mienne me fait penser que la discussion s'arrète effectivement là de mon coté.
    Bonne chance tout de même pour cette nouvelle année, je pense que vous en aurez besoin!

    RépondreSupprimer
  2. Ma réponse n'est pas facile, mon ton est mon ton et je n'ai pas changé d'avis et manifestement vous ne comprenez rien, notamment à ce que je dis ici quand je parle de respect de l'autre.

    RépondreSupprimer
  3. Du coup, il a réussi à glisser son adresse. 8-)

    RépondreSupprimer
  4. Merci à Jonathan de faire le médiateur: il a manifestement du talent pour cela! L'expérience de "vieux" blogueurs est toujours intéressante.
    Juste une réaction à sa dernière phrase, très maladroite: oui, je réfléchis à mes propos, oui je sais ce qu'est l'image qu'on peut donner et non, aucune colère ne m'anime.

    RépondreSupprimer
  5. Je me permet un ajout:
    vous pouvez lire l'article qui anime notre débat à cette adresse:
    http://about.over-blog.com/article-55949.html
    puisque celui ci a été retiré du site Les Echos...

    RépondreSupprimer
  6. Oups, je n'étais pas revenu depuis. Merci Luc pour les "qualités' et... ahem... c'est bien la première fois qu'on me traite de vieux.

    RépondreSupprimer
  7. BLOG QUI PEEEUUUUTTTTT !!! :-D

    RépondreSupprimer
  8. un_autre_blogueur13 avril 2005 à 15:07

    Mr Fayard, un passage lamentable parmi tant d'autre: cette histoire de blog gratuit seulement 30 jours ! Ca décrédibilise totalement votre article. Un journaliste, professionnel qui plus est, pas fichu de trouver une plateforme de blogging gratuite, alors là c'est du jamais vu !
    Mais bon j'ai vu que le débat était clos et je ne veux certainement pas le relancer, je suis tomber ici par hasard ce matin et j'ai pas résisté à mettre un petit mot doux sur un blog qui l'est autant...

    RépondreSupprimer
  9. > un_autre_blogueur: rien à dire sur cette histoire de blog gratuit pendant 30 jours, j'ai été de mauvaise foi sur cet argument et c'est vrai que, du coup, ça rejaillit sur mes autres arguments.
    Ceci dit, maintenant, avec un peu d'expérience du blog (quelques mois), j'évite les commentaires du genre "un passage lamentable parmi tant d'autres": écrire comme cela aussi décrédibilise, ça devient has been, en tout cas sur les blogs où l'on tente de débattre en se respectant mutuellement.

    RépondreSupprimer