(Rafraichissez la page pour une nouvelle citation)

lundi 28 février 2005

La salade mythologique

Peneloppe_waterhouseCertains disent que ce sont des polytechniciens qui l'ont écrite... En tout cas, il faut une certaine culture de la mythologie et une bonne aptitude au calembour et autres mauvais jeux de mots, dans le genre salle de garde. Je n'ai Héliades pas tout compris! Claude Gagnière la cite avec gourmandise dans son livre "Pour tout l'or des mots": voir ma Bibliographie.


Chant Premier
Pénélope Enée d'Oreste Héra six
Que je vous Archonte Ulysse Troie.
...




...C'était Léthé.
Nous Phéniciens de Déjanire.
Il n'était pas Tartare : une Eurydice, une heure Icare.
Encore était Titan que Scylla Phénix.
Borée d'Homère Encelade, j'étais Achéron
Et je sentais l'Éros se re-Bellérophon de mon Nestor-mac :
Peu s'Omphale-ût que je n'Eurotas et que je Médée Gorgias...


Chant Second
Pour être plus Cocyte, je prends mon Styx à Pomone d'Ajax :
Il Phallus voir comme j'é-Thémis !
J'avais plutôt l'air d'un Aristote que d'un Pelée.
Je Melpomène et m'a-Muse Icare d'heure aux Champs-Elysées
Et je vais rendre v-Isis-te Amathonte.


Chant Troisième
Par-Vénus devant sa Cambyse, je frappe à Saturne.
... Pan ! ...Pan!...
" Atrée " ! fit-elle.
J'Atrée Égérie car j'arrivais fort Atropos :
Elle avait mis sa Jupiter
et a Lethé Anchise Persée en train d'Uranie.
Ou Pluton, je crois Galatée en train de se Pollux l'Hélicon.
Sodome, Gynécée comment elle Cypris,
Mais après un Paphos sur Dédale Numides,
Alphée le grand Icare et je lui Vulcain.
Il n'est pas Aphrodite, ni Pharsale,
Mais Pollux, Apollon, a-Sémélé :
Je crois qu'elle Circé poils afin qu ils Narcisse!


Chant Quatrième
Ench-Antée de la voir Cybèle,
Je tombe à ses Junon,
Je l'Euterpe à bras-le-corps
Et je la Chloé sur la Pallas d'Ulysse.
Là, j'Illisus Lycaon Hélène Enée
Et l'Abydos de son Pyrrhon
Et je lui fais Minos.
Ça Minerve d'Eutrope
Et je Tityre mon Dardanus
Qui Satyre d'une Bellone
Sans qu'on Iéda
Elle me Prométhée de me Pompée la Pythagore
Et de me la s'Chloé jusqu à ce que Janus l'Ovide
Mais pas besoin qu'elle Léda pour qu'elle s'Eurydice.


Chant Cinquième
" Par Zeus ! fit-elle, qu'elle Érèbe ! Phédon ! "
Et comme je m'y prenais un peu bas :
" Actéon ! Plus haut ! Laomédon ! ".
Bien que tout le Mont Hymette,
l'Atrée Oreste n'était pas Thésée.
Mais jamais je n'Erato l'Echo :
Faut Cassandre ou Calchas.


Chant Sixième
Cytho qu'elle Laocoon, voilà Castor
Et qu'elle en Rhadamante :
"Odyssée bon!... Iliade de quoi mourir!...Orphée-le-moi!"
J'Amphion, j'en fis Zeus, j'Amphitrite, j'en Tircis.
C'est Baucis, mais je ne peux Alexis. Télémaque.
Que Cérés si j'avais Proserpine !
Ménélas, Junon Neptune.
Mais voilà qu'elle Saturne.
Pan ! Je l'Hercule Troie fois sans qu'elle m'en Priape
Ni que Jupiter d'elle.
" Hébé ! lui dis je, si ç'Atlas, moi ça Morphée ! "
Phallus-t-il que Janus dans mes Deucalion !
Je suis très Protée Polyphème.


Chant Septième
Au plus fort de l'Ixion, je ne sais si elle Vesta
Ou si elle fit un Pégase
Mais ce n'était pas parfumé Osiris
Ca sentait Pluton le Chloris Dryade d'Amon Eaque
Ou l'Alcide Sylphe Hydre-ique.
" Phébé ! Lydie-je, nous Jason du Sphinx-ter !
Athénée Fatimide !
Tu n'es guère Polyphème.
Faudra-t-il Ganymède un Python dans l'Arès mé-Diane d'Éphèse
Pour Phocée l'Uranus à Cythère ?
Achille donc !
Je re-Tityre mon Eupolis de Corinthe que ton Péluse "
Alors, elle me Priape : " Oreste encore! est-ce que je Thessalie ? "
" Oh ! Lydie-je, je ne Verrès ça Caprée. Ce n'est qu'un peu de Mèdes"


Chant Huitième
Hécate jours Plutarque, voilà que mon Nestor
Je Psyché d'Élam de rasoir.
Que Phaéton en Parque-eille Cirque Constance ?
On Centaure Lapithes de Harpies
Il faut prép-Arès des m-Ixion et Phèdre des Ajax Ion.
Tout cela n'est pas dé-Sisyphe et ne me servit Ariane.
Je Daphné chaque jour plus malade
Le mal Empyrée
Omphalos-t-il qu'on me la Cupidon ?
Agamemnon !
L'Armide Epire que le mal!
Après Simoïs d'un Andromède au Mercure,
Je suis par-Vénus à me guérir Lapithes.


Envoi
Passant, Sirène t'lo-blige
Némésis Ithaque , de Corinthe Calchas
Ou Callypige la Eole

1 commentaire:

  1. trapu, mais beaucoup de moments fabuleux (le seul hic est qu'il vaut mieux le lire à voix haute...)

    RépondreSupprimer