(Rafraichissez la page pour une nouvelle citation)

mercredi 16 février 2005

Le Dialector, nouveau dictionnaire de la communication

DialectorIl se feuillette comme un bouquin. Sympa, distrayant et instructif. Pour savoir si vous êtes vraiment "above the line" , capable de trouver des "insights aspirationnels" ou, au contraire, adepte de la  "post-rationalisation". Merci Julien.
Si j'osais , je dirais que cela me rappelle un peu le style de mon "Dictionnaire impertinent des branchés"...(:-).
Par exemple cette définition du pubeux:
Pubard (ou pubeux)
Personnage douteux qui fait semblant de travailler dans la pub, ce qui lui laisse le temps d'écrire des bouquins pour critiquer la pub....





... En général, on entre dans la pub par dépit, quand on n'a pas réussi
à être journaliste ni marketeur. Le processus de sélection est le
suivant : si vous avez quelques idées mais que vous ne savez pas
écrire, c'est le top, vous pouvez être marketeur ; si vous n'avez pas
beaucoup d'idées et que vous savez juste un peu écrire, ce sera le cran
en-dessous, journaliste ; et si vous n'avez pas d'idées du tout et que
vous ne savez pas écrire plus de deux phrases, vous voici au bas de
l'échelle de la com: pubard.
En effet, nous sommes en mesure de
révéler cet incroyable scoop : si dans une pub, il n'y a jamais plus de
deux phrases, ce n'est pas parce que le public ne peut pas en lire
plus, c'est parce que les pubards ne savent pas en écrire davantage.
Exemple
: la pub de Siemens Mobile dit « Soyez inspirés :» On dirait que çà
s'adresse aux gens de la pub. Eh bien, c'est vrai !  En fait, c'était
un message du patron de l'agence à ses créatifs chargés du budget
Siemens et ils ont cru que c'était le slogan définitif.
Ca rappelle
l'histoire que raconte Séguéla : pourquoi l'armée américaine s'est-elle
soudain déployée sur toutes ses frontières dans les années 50 ? Parce
que le patron de la CIA avait corrigé à la main une note mal tapée en
écrivant: « Attention aux marges ! » (en anglais border, qui veut dire aussi "frontière")…
Jean
Cocteau, par exemple, n'aurait jamais pu faire de la pub, il avait des
idées vraiment trop originales : « Qu'emporteriez-vous si votre maison
brûlait ?  lui demanda-t-on un jour. - Le feu, répondit-il. » Allez,
faites-moi une pub là-dessus !
La création pub n'est que le fruit du
hasard. Imaginez le processus : le directeur marketing d’un fabricant
high tech Bidule.com explique son produit à son agence de pub, par
exemple un matériel qui se connecte en direct et en une seule fois.
Comme il n’est pas un technicien d’origine, il ne fait que répéter des
mots qu’il a entendus dans son labo et les mixe avec son jargon. Bien
sûr, l’homme de la pub n’a qu’un an de fac de lettres et ce jour-là, il
a mal au ventre. Résultat, il crée une pub qui vous dira : « Bidule,
c’est un direct au foie ! » Le pire, c’est que la pub fait un malheur.
C’est-à-dire qu’on n’en vend pas un seul, des bidules, mais on s’en
fout, la création est primée dans Stratégies. La suite est là.

1 commentaire:

  1. je trouve que c'est bien senti. Ce qui caractérise ces gens, c'est très souvent un manque d'autocritique.
    Avec internet et les blog c'est tout leur pouvoir qui s'effrite. Pas étonnant que certains aient du mal à dormir.
    PS : il fait un temps super à casablanca :)

    RépondreSupprimer