(Rafraichissez la page pour une nouvelle citation)

lundi 2 mai 2005

La blogosphère française gaga devant Wired et Chuck Olsen

C'est terrible de constater à travers les ans les mêmes travers chez les branchés et autres technoïdes de tout poil: dès que c'est américain, que ça secoue un peu et que c'est dans le vent, c'est forcément le must. Les bras me tombent devant tant de naïveté. Jugez sur pièces.
1/ Wired, qui fut à une époque le plus beau magazine du monde, publie un article de Robert Andrews sur la blogosphère française et tout le monde applaudit, crie au génie, se flatte et se congratule.
Moi qui fut parmi les premiers lecteurs français de Wired (en quelle année mon Dieu, je n'ose le dire!), je me précipite, les papilles ouvertes de délectation préventive, prêt à être encore une fois étonné, alléché par le style qui fut inimitable de ce magazine...
Et je tombe sur quoi: un petit reportage ringard de 4e zone. Même Le Pays d'Auge que j'ai feuilleté ce week-end fait 100 fois mieux. C'est nul, plat, ça ressort les 3 ou 4 "vedettes" habituelles (tant mieux pour elles), quelques sujets rebattus (les lycéens exclus), trois petits tours et puis s'en vont. Les fondateurs de Wired, qui ont tout découvert avant tout le monde, doivent se retourner dans leur retraite, d'une telle médiocrité.
Et moi, qui suis -  pour combien de temps encore? je m'interroge de plus en plus- journaliste, j'ai honte d'un tel travail.
2/ Le blogueur Chuck Olsen publie un petit vidéo-montage réalisé lors d'un concert du groupe "The Soundtrack of Our Lives" et il l'agrémente d'anecdotes personnelles  - la sécurité essaie de lui piquer sa caméra - dont il tire un discours grandiloquent new age.
Autant le montage vidéo est bien foutu (le groupe, moi c'est bof, mais chacun ses goûts), autant ce discours est ridicule, on dirait une grogne d'écolier du primaire à qui on veut enlever son jouet. Le pire c'est qu'on veut faire de cette vidéo un document culte du blog et de l'esprit libertaire du partage et de la gratuité.
Comme j'entends déjà les réactions, je me suis tapé de retranscrire mot à mot ce discours, sans le traduire, tellement son américanisme est symptomatique  - je pense que l'esprit de partage de Chuck ne s'offusquera pas de sa publication - et je vous laisse juge.
Avec Robert Andrews, je ne me sens plus journaliste; avec Chuck Olsen , je ne suis plus blogueur. Et mon futur n'a rien à voir avec le leur.
Le texte de la vidéo:




The Soundtrack Of Our Lives.
One of my favorite bands.
THIS FOOTAGE IS ILLEGAL.
I got busted : “Do you have a pass for that camera?”
“No. It’s just for personal use”.
“Come with me”.
The guy was a total asshole.
He tired to take my camera.
I wouldn’t let him.
He got really pissed.
“You can’t just fuckin take what you want and walk outta here!”.
He tried to detain me in a little corner by the bar.
I asked if he was putting me in Fine Line jail?
(The concert was at the Fine Line Music Café.)
WELCOME TO THE FUTURE (titre de la chanson)
Where phone cameras have replaced lighters.
Many camera phones take better video than my still camera.
The genie is out of the bottle.
Even the band’s web site has fan-recorded content.
That what fan’s do!
You may have noticed I’m not charging you for this crappy video.
That’s would be stupid. There is no economic motive.
The point is to capture and share fantastic fleeting moments.
Isn’t this a kickass tune?
You should buy their new CD: “Origin Vol. 1”.
I bought 3 of their CD’s at the show.
And paid $18 for each ticket.
And bought the Fine Line’s overpriced shitty drinks.
If anyone’s losing money here, it ain’t the club or the band.
We can’t go backwards.
Why fight technology?
Why fight human nature?
This is my memory of a great rock show.
Thanks for letting me share it with you.

8 commentaires:

  1. C'est vrai que l'article est particulièrement vide. Ce n'est pas nouveau pour Wired qui a choisi depuis quelques mois (années?) le simili-sensationnel où tout l'art éditorial réside dans le choix du titre. Cela dit il reste du "bon, du vrai" dans cette revue mythique de la culture hi tech, mais encore faut-il le trouver entre entre les pages de pub...

    RépondreSupprimer
  2. Marrant, j'ai moi aussi retranscrit les paroles. Mais parce que je trouve cette vidéo extrêmement percutante. Je trouve qu'elle fait très bien passer le message. C'est certain, le texte n'est pas très "bristish"...
    Ce que montre cette vidéo est que toujours plus de propriété intellectuelle, toujours plus de contrôle nous conduit tout droit dans une impasse. Mais le Net est fait de tel manière que rien ne peut arrêter le mouvement du libre : "the genie is out of the bottle". Plutôt que d'essayer de combattre le progrès, les industries du contenu feraient mieux de se l'approprier.

    RépondreSupprimer
  3. Luc, je suis ton pair.
    (désolé, pas pu m'empêcher..)
    (non, plus sérieusement, c'est vrai que l'article de Wired fait un peu dépêche AFP, quant à la vidéo... faudra que je la regarde quand j'aurai un moment : je pense que sur le fond je suis assez d'accord avec le contenu de cette vidéo et la problématique qu'elle soulève sur le nouveau paradigme économique, mais spontanément mon satané esprit de contradiction me fait me méfier des emballements unanimes pour ce qui est considéré comme "à contre-courant" avec plein de mots creux et de gentilles valeurs connes sensuelles dedans, je ne peux m'empêcher d'y voir au mieux un paradoxe, au pire une réaction convenue, enfin bon, je ne m'étend pas, on pourrait mal me comprendre et mon but n'est pas de polémiquer :)

    RépondreSupprimer
  4. > Blaise et Aurélien: oui, la vidéo est sympa et tout n'est pas idiot dans ce qu'elle dit, loin de là!
    Mais, par exemple, Chuck n'a pas l'air de se rendre compte qu'il ment, tout simplement: il dit au gars de la sécu "cette vidéo est pour mon usage personnel" - histoire de ne pas se faire emmerder et parce que ça l'énerve qu'à côté de lui, tout le monde prend des images, apparemment, avec un appareil photo - et hop, sa petite vidéo perso, il la met à la dispo de tous !
    On peut être pour le progrès, le partage, la gratuité et ne pas aimer mentir. D'aurte part, Chuck est à la fois pour la gratuité et le partage mais il s'empresse quand même de se justifier en disant qu'il a acheté 3 CD et il encourage tout le monde à faire de même. Faudrait savoir! Cela ressemble à un alibi.
    Moi c'est clair, je suis pour le partage, pas pour le piratage et je ne crois pas à la gratuité: tout doit se payer, tout a un prix. Sinon, demain, tous les patrons feront comme l'autre qui propose à ses salariés virés un reclassement en Roumanie à 110 euros/mois.

    RépondreSupprimer
  5. I might be able to answer some of your critiques,
    however I don't speak French. :-)
    One point of my video is that music clubs do not understand
    technology. My camera is a little bigger so they think it's professional
    but they pay no attention to phone cameras, thinking they can't shoot
    good quality video or photos. This is obviously not true, and an idiotic
    distinction to make. These devices are getting smaller and better.
    Everyone is recording their experiences, including concerts. This is
    why your future IS our future - it is inevitable, it is happening now.
    You are living in it, whether you realize it or agree with it.
    It's ridiculous to arbitrarily punish people for doing this, especially
    based upon arbitrary criteria.
    That's why I made this video, from this experience and the desire to
    capture this moment in time when these issues are running into
    each other and I was caught in the middle of it. My experience started
    as personal, but when events unfolded I had to make this video
    and I will continue making videos challenging outdated thinking.
    I have many more points, but I'll leave it at that.

    RépondreSupprimer
  6. Thank's Chuck for your explanation: we can speak - a little bit - english here, no pb! :-)
    I undestand your position (and I said, sincerely, that your video was really good, a true professional work!) but that I disagree with your commentaries... Sure, I don't like neither "arbitray criteria" , that's the real common point between us! But, but.. I try to develop a position saying that everything, every human work with a real added value, has a price: that's my point. When I work at my office, long hours, I like to have my salary at the end of the month... When I blog here, I don't ask for money... Of course, I like a future with many projects, many ideas, many new usages, with a connected wordl sharing experience and ideas... I don't want a future with arbitrary criterias, with lies and hype from the industry, with fuzzy motos...Stop, it's a long story... See you... Thank's again Chuck for your quick answer and hope that you continue to give us nice videos! :-)

    RépondreSupprimer
  7. Tout à fait d'accord avec le fait que le numérique va révolutionner la consommation de musique, vidéo, jeux...
    Mais il est clair et net que ces produits seront toujours commercialisés, d'une façon ou d'une autre, et plutôt d'une nouvelle qui reste à inventer.
    Mais là nous sommes dans un cas bien particulier: le Bootleg, objet de tous les désirs de n'importe quel fan !!
    Le Bootleg a toujours été recherché de tout temps et seuls les Majors ne se sont pas données la peine de formaliser leur distribution sous pretexte du nombre trop important d'intervenants à rémunérer.
    Cependant cette vidéo démontre bien ce que l'on voit dans n'importe quel concert, la floraison spontanée et immédiate d'une multitude d'appareils digitaux, à chaque début de concert...que de souvenirs personnels le plus souvent partagés.

    RépondreSupprimer
  8. Merci Luc. :-)
    I also want artists to get money for their work.
    I think fans will always pay for new albums and concerts.
    In the long run, artists who understand and encourage the fan's desire to capture and share (for example) live concerts will economically benefit more than those who fight against their fans.

    RépondreSupprimer